Un village français à vendre pour 300.000 euros

24 février 2012 Posté par benji

C’est peut être la solution idéale pour ceux qui souhaitent quitter le système et se réunir en un endroit bien précis… Pourquoi pas un village après tout? Je note l’adresse au cas où, une fois le krach financier survenu, je m’installe là-bas pour bien moins cher (voire gratis) et commence les plantations! Wink

Le petit village de Courbefy, en Haute-Vienne, est à vendre. Le prix comprend les maisons, mais aussi des écuries, des courts de tennis et même une piscine. Les personnes intéressées doivent cependant se dépêcher puisqu’ils ont jusque vendredi pour faire une offre.

 

 

 

 

 

 

A une quarantaine de kilomètres de Limoges et à 200 km de Bordeaux, Courbefy se situe aux portes du Parc Naturel régional Périgord-Limousin. Certes, l’endroit est calme, mais pas loin d’importants axes routiers (notamment l’A20 qui relie Paris à Toulouse) et est également desservi par les transports en commun.

Tous les bâtiments de Courbefy sont compris dans l’achat, c’est-à-dire les maisons familiales, la salle du village, une piscine, des écuries, des courts de tennis, une chapelle et même les ruines d’un château datant du 13e siècle.

Autrefois habité par 200 personnes, le village a été peu à peu déserté à partir des années 70. Certains ont bien essayé de relancer le village et d’attirer les touristes, notamment avec un projet de village de vacances, avec hôtels et restaurants, mais le projet trop coûteux a finalement été abandonné.

Courbefy a été mis aux enchères par les autorités judiciaires de Limoges, ce lundi, mais personne n’a présenté d’offre pour le moment. Du coup, le village est désormais en vente au prix de 300.000 euros. Si personne n’acquiert Courbefy, le village restera aux mains du Crédit Agricole. (ca)

Source:  7sur7.be
Publicités
Cet article a été publié dans actualité, infos et véritées sur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Un village français à vendre pour 300.000 euros

  1. Serios dit :

    La terre appartient à tout le monde et la notion d’argent pour sa possession devient nauséabonde… Seulement l’égoïsme est au coeur de tous les problèmes humains, qui nous conduit inévitablement à devoir repenser le système.
    La désertification des campagnes est l’une de ces conséquences. L’argent donne des privilèges à ceux qui en ont et prive ceux qui n’en ont pas, qu’importe le mérite de ces derniers.
    Pourtant, de simples bonnes volontés, n’ayant pas un sou vaillant, n’auraient pas été dépourvues d’imagination, pour faire que ces terres soient rendues fertiles, plutôt que de les laisser à l’abandon en des mains ingrates. C’est l’exemple même de l’égoïsme cupide, semblable au travers si bien décris dans l’Arpagon… oui, la vie c’est aussi ce théâtre là !!
    Voilà le monde dans lequel nous vivons,nous qui nous disons civilisés.

    La notion même d’argent, introduit de l’injustice, des inégalités,des guerres et l’accaparement d’une grande partie des richesses par une minorité, qui aujourd’hui fait que l’humanité stagne, régresse dans son ensemble et son évolution.
    Ce qui rejoint cette vérité… le monde est fou, parce que dirigé par des fous et la chute est inévitable… devrons nous accepter longtemps encore, un système qui nous détruit à petit feu ?

    Une terre où chacun puisse être accueilli non pas comme un étranger, mais comme l’un des nôtres, est encore une utopie aujourd’hui. Pourtant des expériences ont été menées où cette utopie avait totalement disparue, au profit d’une harmonie et d’une communauté de points de vue.
    Il y a eu l’expérience du Larzac aussi… C’est donc qu’il y a quelque chose, de radicalement perverti dans la mécanique du système. Si perverti que la mise en place de garde-fou est rendue nécessaire, face à l’immaturité du monde dans lequel nous vivons.

    Si ce système vient à s’effondrer et il y a tout lieu de penser que nous n’en sommes pas loin… la notion même d’argent risque fort de disparaître, et là, l’échange se fera peut-être plus, pour le profit d’une collectivité, dans l’esprit de service rendu aux autres, plutôt qu’en faveur de l’enrichissement personnel. Il est bien connu qu’en temps de troubles, de souffrances extrêmes, le spectre de la peur, fait que la solidarité devient instinctive. Même après guerre, en France, cette solidarité là, était réelle et s’est estompée par la suite, au fur et à mesure que la crainte disparaissait des consciences. Ce serait un juste retour des choses pour prix de notre aveuglement.

    A la lumière des évènements actuels, nous allons traverser des périodes très difficiles et autant s’y préparer en se disant que nécessité (et non pas cécité…) a force de loi.
    Ce sera là notre rétribution.

  2. bodyspiritzen dit :

    il y a un village communautaire en cours de création dans le dept des hautes alpes….

    C’est Longo Maï http://www.leravi.org/spip.php?article122
    Coopérative Longo Maï http://humanismepur.free.fr/communautes/longo_mai.php

    merci Voltigeur….té mieux qu’une data base ou qu’un moteur de recherche….lol

    • Serios dit :

      Du communautaire, certainement dans le partage des richesses, mais également une dose d’indépendance, d’autonomie, sans toutefois tomber dans la caricature d’une idéologie totalitaire.
      Dans une entreprise, la richesse est produite par l’ensemble des employés, mais n’est pas redistribuée équitablement. C’est un marché de dupes !
      Alors que l’entreprise ne devrait produire que dans une logique propre de service rendu à l’humanité, elle produit toujours plus, au delà des besoins réels, et pour le profit exclusif d’une minorité.
      En fait, dans notre société nous avons fabriqué des monstres financiers qui nous imposent maintenant leurs lois… c’est la loi du plus fort par les marchés, la loi de la jungle, qui nous vole jusqu’à notre liberté et notre indépendance.
      C’est le règne des marchands du temple, de l’argent rois.
      Comment peut-on accepter un tel « hiatus », qui n’est qu’une porte ouverte à tous les abus que nous connaissons ?…
      Le capitalisme a même introduit le concept d’obsolescence, qui débouche sur le gaspillage et la pollution,afin de booster une conso, qui déjà, est plus, que trop excessive. Et maintenant cette situation a fait les « choux gras » d’une certaine littérature, pseudo écolo, qui incite à faire marche arrière. C’est un enchaînement pervers, nous sommes dans un asile d’aliénés, un monde de fous.
      Alors dans ce labyrinthe, même s’il y a un fil d’Ariane, il n’est pas dit que nous sachions le suivre, puisque nous sommes partie prenante dans ce système débile.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s