ITALIE. Un attentat à la bombe fait un mort

19 mai 2012 Posté par benji sous complots et théories

Après une école d’attaquée en France par un faux-musulman salafiste (histoire déjà enterrée d’ailleurs…), une école attaquée en Italie, le point commun entre les deux affaires? L’idée du false-flag pour des raisons soit pratiques, soit politiques, soit les deux… La situation devient tendue en Italie, le niveau de sécurité est monté de plusieurs crans mais cela risque de ne pas suffire puisque la population n’approuvera pas de mesures d’austérité et le fera bien savoir au cas où, donc quel meilleur moyen que la peur pour que la population réclame d’autres mesures sécuritaires qui au final pourrait les empêcher de faire entendre leur colère? Paranoïa? L’avenir nous le dira…

Alors que la piste mafieuse est mise en doute après la mort d’une lycéenne dans une explosion à Brindisi, les autorités et la population sont sous le choc.

L'explosion d'une bombe devant un lycée dans le sud de l'Italie a fait un mort et cinq blessés. (AP/SIPA)

L’explosion d’une bombe devant un lycée dans le sud de l’Italie a fait un mort et cinq blessés. (AP/SIPA)

 

L’Italie est sous le choc samedi 19 mai après un attentat devant un lycée à Brindisi, dans le sud, ayant provoqué la mort d’une adolescente. Une attaque aux motifs inexpliqués alors que la piste mafieuse, d’abord évoquée avec insistance, est mise en doute.

L’engin de fabrication artisanale a explosé vers 7h45 (5h45 GMT) au moment où les élèves arrivaient pour les cours du samedi matin, au lycée professionnel Morvillo-Falcone, du nom du magistrat sicilien Giovanni Falcone et de son épouse Francesca Morvillo.

Rapidement secourue, Melissa, une lycéenne de 16 ans, fille unique d’un ouvrier, a succombé à ses blessures à l’hôpital tandis qu’une camarade du même âge, Veronica, après avoir subi une délicate intervention chirurgicale au thorax était dans un état qualifié de très grave.

Selon les premières informations, la bombe fabriquée avec trois bonbonnes de gaz reliées entre elles, avait été déposée sur un muret de ce lycée de 600 élèves, qui forme aux métiers de la mode et du tourisme, surtout fréquenté par des jeunes filles.

A part Veronica, trois lycéennes souffrent de brûlures plus ou moins profondes et une autre de lésions provoquées par les débris reçus aux membres inférieurs, selon les autorités sanitaires locales.

Aucune revendication

« Il y avait une énorme fumée noire, des débris partout, des cris déchirants, on avait l’impression d’être à Kaboul ou à Bagdad », a confié à  Corradino De Paolis, un curieux arrivé devant le lycée de Brindisi aussitôt après l’attentat.

Passé le périmètre de sécurité, des cahiers et des bouteilles vides jonchent le sol, près du muret noirci par l’explosion, tandis que s’affairent des policiers en combinaison blanche pour relever des indices.

L’attentat inédit en Italie pour la cible choisie — un établissement scolaire — n’a fait l’objet d’aucune revendication.

Le proviseur Angelo Rampino pense que « l’attentat était fait pour tuer car les jeunes filles entraient juste à ce moment, si cela avait été à 07h30, cela n’aurait pas eu de conséquences ».

« Cela pourrait ne pas être une organisation mafieuse »

La première hypothèse évoquée a été la piste mafieuse car le lycée porte le nom du juge Falcone, tué il y a presqu’exactement 20 ans (le 23 mai 1992) dans un attentat de la mafia sicilienne et parce qu’une « caravane de la légalité » devait passer dans la ville ce week-end pour célébrer cet anniversaire.

Des témoins ont également fait état d’un attentat récent à l’explosif contre la voiture du président de l’association antiracket de Mesagne, village où habitait la lycéenne tuée et où est née la Sacra Corona Unita, la plus petite des quatre mafias italiennes et la moins connue.

Mais dans l’après-midi, le chef du parquet de Lecce (Pouilles), également patron de la division locale antimafia, Cataldo Motta, a semé le doute, estimant que « cela pourrait ne pas être une organisation mafieuse ».

Selon Cataldo Motta, « les organisations mafieuses locales sont à la recherche d’un consensus social. Ce serait un acte contre-productif parce qu’il est certain qu’il annihile toute sympathie pour ceux qui l’ont commis ».

L’acte d’un déséquilibré ?

Interrogée sur les coïncidences (2O ans après la mort de Falcone, nom du lycée), la ministre de l’Intérieur, Annamaria Cancellieri, a appelé à « rester prudents », soulignant les modalités « inhabituelles » de l’attentat qui présente des « anomalies », telles que l’engin utilisé (des bonbonnes de gaz) et la cible, une école.

Certains médias ont aussi évoqué le geste isolé d’un déséquilibré ou une vengeance. Le maire de Brindisi, l’un des premiers à évoquer la piste mafieuse, a fait marche arrière, estimant que « les modalités d’exécution n’avaient rien à voir avec le crime organisé ».

Le juge Falcone, son épouse magistrate Francesca Morvillo et leurs trois gardes du corps avaient été tués sur le coup le 23 mai 1992 par une bombe de 500 kg de dynamite placée sous l’autoroute entre l’aéroport de Palerme et le centre-ville.

« Ce peut être l’oeuvre d’un fou, d’un exalté, on peut penser à tout », a ajouté le maire Mimmo Consales, en notant que l’objectif « était délibérément de tuer les élèves car une minuterie a été trouvée ».

Un lieu symbolique

Le ministre de l’Education, Francesco Profumo, venu immédiatement sur les lieux, a parlé d’acte « particulièrement lourd de sens » puisque « l’école, c’est l’endroit où l’on apprend aux enfants à devenir des citoyens, là où l’on crée la démocratie ».

Le chef du gouvernement Mario Monti a ordonné que les drapeaux soient mis en berne pendant trois jours, la Nuit des musées a été annulée et les compétitions sportives observeront une minute de silence.

A Brindisi, une marche aux flambeaux a regroupé en soirée des étudiants, des syndicalistes, des défenseurs de l’environnement, et des organisations de lutte contre la mafia.

« Cette terre a toujours su réagir aux anticorps. On ne sait pas ce qu’il y a derrière tout ça. Mais c’est sûr, c’est une attaque contre une école, un acte criminel d’une violence inouïe », a expliqué le père Luigi Ciotti, de l’organisation antimafia Libera, qui participera à la manifestation.

Source: tempsreel.nouvelobs.com

Publicités
Cet article a été publié dans actualité, infos et véritées sur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s