5-6 juin 2012 : passage de Vénus devant le Soleil

21 mai 2012 Posté par benji sous ciel et espace

Le 05 et le 06 juin 2012, Venus va passer devant le soleil, un phénomène rare qui peut avoir des conséquences multiples pour notre belle bleue. Parmi les télescopes qui seront utilisés pour observer la scène, gageons même s’ils ne sont pas cités dans l’article qu’il y aura Lucifer 1&2, les deux télescopes du Vatican construits sur une montagne sacrée aux États-Unis.

C’est la dernière occasion du siècle. Le 5-6 juin 2012, la planète Vénus passe devant le Soleil. Un phénomène rare et riche en informations sur l’atmosphère de « l’Étoile du berger ». Les astronomes du monde entier se mobilisent pour l’observer depuis l’Asie, le Pacifique, l’Amérique… Parmi eux, les Français prévoient des observations inédites et se préparent à partir en expédition, dans le sillage d’illustres prédécesseurs tels que James Cook, Cassini (La mission Cassini-Huygens est une mission spatiale automatique réalisée en collaboration par le Jet Propulsion Laboratory (JPL), l’Agence spatiale européenne (ESA) et l’Agence…) de Thury au XVIIIe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d’une génération humaine et faisait 33 ans 4…) ou Jules Janssen au XIXe. Neuf télescopes mobiles, cinq grands observatoires solaires et six satellites (Satellite peut faire référence à 🙂 sont impliqués. Enjeu: préfigurer la quête des autres mondes, lointains et habitables. Aux origines de cette mobilisation, deux chercheurs de l’Observatoire de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du…) et de l’Observatoire de la Côte d’Azur ont conçu spécialement un instrument original – le cythérographe.


Lever d’un croissant de Vénus sur le Soleil, lors du passage du 8 juin 2004.
(Sylvain et André Rondi)

L’opportunité est exceptionnelle. Les passages de Vénus devant le soleil n’ont lieu que par paires séparées de huit ans, à plus d’un siècle d’intervalle. Les dernières occurrences se sont produites: en 1761 et 1769, 1874 et 1882, puis le 8 juin 2004. À chaque fois, les équipes de l’Observatoire de Paris et de l’Observatoire de Nice se sont trouvées étroitement associées aux campagnes internationales et aux expéditions maritimes mises en oeuvre. Les noms de James Cook (1728-1779), César-François Cassini de Thury (1714-1784),Guillaume Le Gentil (Guillaume Joseph Hyacinthe Jean-Baptiste Le Gentil de la Galaisière (Coutances, 12 septembre 1725 — 22 octobre 1792) était un astronome français.) de la Galaisière (1725 – 1792), Jules Janssen (1824-1907) ou Henri-Joseph Perrotin (1845-1904) les ont brillamment illustrées. sic….

Cette année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d’un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) en effet, Vénus s’apprête à glisser une nouvelle fois devant le disque (Le mot disque est employé, aussi bien en géométrie que dans la vie courante, pour désigner une forme ronde et régulière, à l’image d’un palet — discus en latin.) brillant du Soleil, mardi 6 juin de 0h10 à 6h50 heure (L’heure est une unité de mesure  🙂 légale française. Par conséquent, en métropole (Le terme de métropole (du Grec mêtêr, mère, et polis, ville) a plusieurs acceptions :), le spectacle sera réduit à la dernière heure du processus, au lever du Soleil. Les territoires et départements d’outremer dans l’océan Pacifique (L’océan Pacifique, qui s’étend sur une surface de 180 000 000 km², est l’océan le plus vaste du globe terrestre. Il comprend entièrement l’Océanie et quelques autres îles et archipels qui…) seront aux premières loges. La Nouvelle-Calédonie ainsi qu’en Polynésie, les îles de Tahiti et des archipels Wallis-et-Futuna, Tuamotu ou des Marquises en profiteront pleinement. Attention toutefois à respecter scrupuleusement les précautions d’observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le…) du Soleil (voir en fin de texte).

Une expédition scientifique sur mesure
Le Soleil est observé tous les jours depuis plus de 100 ans à Meudon, principal site de l’Observatoire de Paris.

Le 8 juin 2004 était un jour (Le jour ou la journée est l’intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c’est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit…) particulier.
(Bass2000 / Observatoire de Paris)

Pour cette occasion exceptionnelle, les scientifiques rejoindront les régions du Pacifique, de l’Asie ou d’Amérique. L’objectif est pour eux d’acquérir des données inédites, jusque-là considérées comme inaccessibles, sur la partie de l’atmosphère vénusienne qui s’étend au-dessus des nuages, à 70 kilomètres(Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l’unité de base de longueur du Système international. Il est défini comme la distance parcourue par la lumière dans le vide en 1/299 792 458 seconde.) du sol. C’est un élément essentiel mais toujours mal connu de la climatologie de Vénus. Cette planète(Selon la dernière définition de l’Union astronomique internationale (UAI), « une planète est un corps céleste (a) qui est en orbite autour du…) jumelle (On désigne par le terme jumelles un dispositif optique binoculaire grossissant destiné à l’observation d’objets à distance, constitué de deux lunettes symétriques montées en parallèle.) de la Terre (La Terre, foyer de l’humanité, est surnommée la planète bleue. C’est la troisième planète du système solaire en partant du Soleil.), comparable en taille et en masse (La masse est une propriété fondamentale de la matière qui se manifeste à la fois par l’inertie des corps et leur interaction gravitationnelle.), a pour autant évolué très différemment: un effet de serre (L’effet de serre est un processus naturel de réchauffement de l’atmosphère qui intervient dans le bilan radiatif de la Terre. Il est dû aux gaz à effet de serre (GES) contenus dans…) redoutable entraine des températures allant jusqu’à 465°C en surface (Il existe de nombreuses acceptions au mot surface, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, souvent abusivement confondu avec sa mesure – l’aire ou la…), propres à fondre l’étain et le plomb. La jeunesse apparente de sa surface, la couleur même de ses nuages, demeurent inexpliquées.

Source et article complet sur techno-science.net

Advertisements
Cet article a été publié dans actualité, astronomie, soleil. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s