SPVM: le shérif sera en prison

PostDateIcon 20 mai 2012 | PostAuthorIcon Auteur: Jo ^^

Ami ami

Yvon roy

Salut SPVM,

je t’écris ce soir en tant qu’ami. Oui oui. L’affaire c’est que tous les deux, on a une relation quand même idéale. Dans le genre que comme je vis à 5 heures de char de toi, on n’a jamais de comptes à se rendre vraiment. Et puis, les quelques fois où je me rends dans ta ville, ça adonne toujours qu’on n’a juste pas le temps de se voir et sais-tu, c’est peut-être mieux comme ça.

Maintenant, tu remarqueras que je me permets de te tutoyer et si je fais ça, c’est qu’en réalité, je m’adresse à chacun des individus qui te composent. En d’autres mots, je m’adresse à toi, le policier ou la policière.

Je présume que toi, ainsi que tes collègues, avez tous une histoire qui vous a mené vers ce travail. Peut-être avais-tu comme idole Don Johnson dans Miami Vice? Peut-être était-ce Dirty Harry qui t’a inspiré alors que tu n’étais qu’un gamin? Je l’ignore mais je suis à peu près certain d’une chose à propos de toi: j’imagine que tu rêvais de connaître le feeling de se sentir comme un héros, le soir en rentrant du boulot.

Alors dis-moi, est-ce que je me trompe si j’ai la conviction que, depuis plusieurs semaines, tu te sens de plus en plus comme une merde quand tu reviens du boulot? Dois-tu parfois retenir tes larmes quand en rentrant à la maison, tu regardes tes enfants et qu’à travers eux, tu revois ces jeunes dans la rue que tu terrifies en frappant sur ton bouclier? Est-ce qu’il t’arrive le soir de te refaire le film des dernières semaines et de te rendre compte que tout est parti en couilles?

Là, ne va surtout pas croire que j’essaie sournoisement de te fairefeeler cheap. Je veux juste être certain que l’homme sous l’uniforme a encore un semblant de ce qu’on appelle du jugement. Parce que là, dans la tempête où tu es plongé, il est très probable que tout est de plus en plus confus pour toi et tes collègues. Et crois-moi, je te comprends. C’est ben facile de critiquer le travail des autres lorsqu’on n’est qu’un spectateur mais quand c’est toi qui est dans le feu de l’action, c’est une toute autre game.

Je te raconte tout ça parce que j’ai comme un feeling qu’il y a du monde en haut de toi qui te niaise. Tsé, on te demande d’appliquer la loi et par la force des choses, tu te ramasses à faire une job pas reluisante du tout. J’espère que tu le sais, mais tout ça aurait pu être évité depuis très longtemps. Je vais me garder une petite gêne en omettant de te dire que le gouvernement a presque souhaité tout ça, mais peu importe, ça reste que c’est toi qui est pogné pour faire la job de marde à la fin. Pendant que Jean Charest se paie un trip de Maître de jeu dans le Donjons et Dragons nature le plus ambitieux des dernières années, ta situation de simple pion est plus évidente que jamais. Ben honnêtement, si j’étais à ta place, je commencerais à être en crisse.

Pis ça, c’est sans compter que le « Donjons nature » dont tu es désormais l’antihéros a vraiment perdu de son côté légitime. Tsé, jusqu’à tout récemment, quand les joueurs se plaignaient que lagame prenait une drôle de tournure, on trouvait généralement un moyen de s’arranger mais là, le Maître du jeu a tout bonnement décidé de sacrer le livre des règles du jeu à la poubelle. À la place, il s’en est écrit un vite fait, en a sorti une copie sur son imprimante et en gros, les nouvelles règles se résument pas mal à « Fermez vos gueules pis si jamais quelqu’un invente de quoi qui ne fait pas mon affaire, j’ai maintenant le droit de créer une nouvelle règle qui interdit tout ça. »

Je sais que je me répète, mais je pense que tu te fais niaiser. Entre toi et moi, parmi les victimes de la loi 78, on a beaucoup parlé des étudiants et des citoyens qui osent s’impliquer mais au cas où personne ne te l’aurait dit, tu en fais partie aussi. C’est sûr que si on ne se fie qu’aux apparences, on pourrait penser que c’est toi qui as le gros boutte du bâton mais en y réfléchissant un peu plus longtemps, c’est pas parce que tu as le pouvoir de fesser sur les autres qu’en même temps, rien n’empêche le système de t’enculer bien profond l’ami.

Honnêtement, il va bientôt falloir que vous vous parliez sérieusement entre vous, toi et tes collègues. Il est encore temps pour vous de reconsidérer le merdier dans lequel on vous a élégamment placé. Allez, ami policier, rebranche le fil qui relie tes couilles à ta tête et refuse tout bonnement d’appliquer cette loi débile qui fait de toi un symbole d’oppression. Et de toute façon, qui pourra t’arrêter après ça? Le gouvernement?

Sache que le monde est en plein changement, et peu importe les lois de merde qui tenteront de nous rendre muets, la lumière finira toujours par se frayer un chemin dans l’obscurité.

L’Histoire s’écrit à l’heure actuelle. Tu peux encore faire partie des grandes lignes.

Tu mérites certainement mieux que le rôle de l’abruti de service non?

J’en suis convaincu.

Voilà ta chance de savoir comment on se sent lorsqu’on est un héros.

Joël Martel pour VOIR

Manifestation: le propriétaire d’un bar songe à poursuivre le SPVM

Sur cette image tirée des caméras de surveillance... (Photo: image tirée des caméras de surveillance du bar Le Saint-Bock)

Sur cette image tirée des caméras de surveillance du bar Le Saint-Bock, on voit des policiers asperger des clients sur la terrasse.

Photo: image tirée des caméras de surveillance du bar Le Saint-Bock

Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

Le propriétaire d’un bar de la rue Saint-Denis songe à poursuivre le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) après une intervention musclée sur sa terrasse, survenue hier soir, alors que la 26e manifestation nocturne des étudiants se transformait en émeute.

Il affirme que les policiers lui ont laissé une facture de quelques milliers de dollars en chiffre d’affaires perdu, notes impayées et en réparations de toutes sortes.

Martin Guimond, propriétaire du Saint-Bock, affirmait en début de journée que les agents du SPVM n’avaient aucune raison d’intervenir sur la terrasse de son bar comme ils l’ont fait, selon ce qu’il avait vu sur place et à travers ses caméras de surveillance.

Pourtant, des images de la chaîne CTV mises en ligne dimanche montrent clairement qu’une chaise en plastique a été projetée depuis la terrasse contre une ligne d’agents de police au début de la séquence des événements. Avant le lancer de celle-ci, les images laissent comprendre qu’il y avait des altercations verbales entre les policiers et les gens qui étaient sur la terrasse.

La police a immédiatement répliqué en lançant une capsule de gaz irritant à travers les gens sur la terrasse. Et, toujours selon les images de CTV, la police a aussi lancé la chaise sur la terrasse. Selon M. Guimond, la police aurait causé un mouvement de panique. Les gens qui étaient sur la terrasse auraient brisé du mobilier en tentant de fuir la scène.

«Je ne peux pas leur en vouloir. On parle d’un état d’urgence, d’un état de panique. Ces gens-là ont fait ce qui était le mieux dans cette situation, c’est-à-dire fuir, affirme M. Guimond. C’est épouvantable, on se sent piégés. Dans un état d’urgence, on veut appeler le 9-1-1. Qui est-ce qu’on appelle quand c’est la police qui nous attaque?»

Au lendemain de l’émeute, M. Guimond explique à La Presse qu’il s’entretiendra avec un avocat pour déterminer quels recours sont à sa disposition.

«Si les policiers sont là pour faire respecter les lois du gouvernement, je pense qu’en tant que commerçant j’ai aussi des droits. Et ils doivent être respectés», souligne Martin Guimond.

«Les allégations sont prises au sérieux. Les événements sont analysés de façon chronologique», a affirmé Simon Delorme, du SPVM.

Installé sur la rue Saint-Denis en plein centre-ville, le Saint-Bock voit des manifestations passer devant ses portes presque chaque soir depuis un mois. Il s’agit de la première à l’affecter de la sorte, relate M. Guimond. «Ça s’est toujours très bien passé», explique-t-il.

La Presse.ca

*Attention: vu le grand nombre de visionnements (12 500 en 2 heures), la source ne sera bientôt plus disponible…

SOURCE

 

TÉMOIGNAGE D’UN PARA-MÉDIC DE LA MANIF DE HIER SOIR :

Via Mathieu Duchesne,Laurie Vesco & Laurent Desbois :

« Je me permet de vous partager le statut d’un ami Martin F.l qui est infirmier de profession et agissait à titre de secouriste hier soir. Je vous invite à reprendre ce témoignage et à le diffuser :

J’ai faillit goûter à la loi 78 hier sur St-Denis avec mon ami Patrick. D’un coté de la rue il y avait l’escouade policière qui a avertis qu’ils allait arrêter tout le monde qui se trouvait sur la rue ou le trottoir sans discrimination ….et de l’autre coté de la rue il y avait un cordon de policier qui filtrait les gens qui tentait de se disperser….ceux qui portait un carré rouge ou toute autre forme de signe d’appui au mouvement se sont fait arrêter! Mon ami et moi étions identifier comme secouriste avec nos crois rouge et notre équipement médicale et malgré cela, la police nous a demandé de nous asseoir avec les autre futures «détenues pour participation à une émeute». Heureusement, nous nous somme levés et mon ami Patrick à eu la brillante idée de cogner à la porte d’un bon samaritain qui nous à laisser entrée chez lui pour pouvoir fuir par la ruelle!

Ce dont j’ai été témoins hier est dégoûtant mais surtout triste….j’ai été témoin de la police qui à provoquer une confusion totale sur la rue St-Denis, au point où les gens se sont réfugiés dans les bars et les terrasses…vous pensez que cela à empêcher la police d’intervenir !?! absolument pas, ils ont tiré À BOUT PORTANT une grenade lacrymogène sur une personne réfugiée sur une terrasse, affectant tout le monde autour……j’ai voulu m’approcher pour porter assistance au gens atteint ( car je le répète, j’étais la comme secouriste et citoyen inquiet) mais l’accès m’a été refuser sous menace d’être arrêter sur le champ!
Je voulais partager ce petit témoignage avec vous puisqu’il s’agit de notre société québécoise qui est en péril….Par contre, je vais continuer à me battre contre cette loi corps et âmes… temps et aussi longtemps que je serai capable de me déplacer, je le ferrai pour revendiquer une société plus juste !!
PS: Dsl pour mes fautes …mes cours de français je les ai passés de justesse! »

P-e que si dans ceux qui se sont fait bousculés et poivrés dans ce bar hier, qui étaient pour cette loi et pour l’intervention musclé des policiers, vont changer d’avis, du moins comprendre un peu mieux ce que les étudiants endurent depuis presque 100 jours.

Une vidéo à rendre viral!!!Merci J! :)

Advertisements
Cet article a été publié dans actualité, infos et véritées sur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s