Zone euro : les marchés restent très inquiets

19 juin 2012 Posté par benji sous Argent et politique

Malgré les récentes élections, la situation n’est pas stable, bien au contraire… La Grèce représente toujours un danger pour l’économie européenne qui risque d’être frappée par un tsunami économique, et toujours aucune solution « à l’Islandaise » de proposée pour tenter d’endiguer la catastrophe. Cet été risque d’être rock’n roll, attentions aux vacances, elles ne seront peut être pas de tout repos…

Sur les marchés, le soulagement n'aura duré que quelques heures.
Sur les marchés, le soulagement n’aura duré que quelques heures. Crédits photo : DANIEL ROLAND/AFP

Les élections grecques évitent le scénario catastrophe en zone euro. Mais l’Espagne inspire de moins en moins confiance. Les rendements des obligations espagnoles et italiennes sont en forte hausse.

Le soulagement sur les marchés, au lendemain des élections grecques, n’aura duré que quatre heures. Il a été balayé par un regain d’inquiétude sur l’Espagne, dont les taux d’emprunt à 10 ans ont franchi un nouveau record, à 7,20%, alors que ceux de l’Italie repartaient à la hausse, à plus de 6%. Les propos d’Angela Merkel refusant «tout assouplissement» du programme d’austérité en Grèce et rejetant un troisième «plan d’aide» n’ont pas aidé à rassurer les investisseurs, qui attendent une bouffée d’oxygène en zone euro.

Devenu l’un des meilleurs baromètres de la crise du Vieux Continent, l’euro a perdu 0,5%, à 1,25 dollar, alors qu’il s’échangeait à 1,27 dollar dimanche soir, à l’annonce de la victoire des partis pro-euro en Grèce, son plus haut niveau depuis un mois.

Subissant par ricochet les tensions sur les marchés obligataires, les Bourses de Madrid et Milan ont clôturé en forte baisse, de respectivement 2,96% et 2,85%. Le Dax allemand a terminé dans le vert de justesse, à + 0,30%, mais l’indice européen Euro Stoxx 50 a perdu 1,17% sur la journée. «Les marchés ne sont pas convaincus que les résultats des élections en Grèce mettent un terme aux problèmes de la zone euro…», résume le président du Conseil italien, Mario Monti, victime de la contagion de la crise espagnole et obligé d’accélérer sa cure d’austérité.

La BCE n’achète plus rien

«Il y a aussi un effet vase communiquant en zone euro: le risque se déplace d’un pays à l’autre, avec des besoins d’aide revus à la hausse, avec l’Espagne et l’Italie dans le collimateur, mais des ressources limitées», résume Ludovic Subran, chef économiste chez Euler Hermès. Si rien ne change sur le front grec, rien n’est réglé non plus en Espagne, où le plan de sauvetage bancaire suscite toujours les plus grandes réserves des investisseurs. Les banques se débarrassent de leurs bons d’État espagnols sur le marché secondaire et le marché interbancaire espagnol est bloqué. À plus de 7%, les intérêts appliqués à la dette espagnole atteignent un niveau insupportable pour l’Espagne, si elle devait lever de l’argent frais sur les marchés. «Il faut que l’Europe trouve une solution qui permette de recapitaliser des banques espagnoles sans que cela ne pèse sur les finances de l’État, sinon on ne s’en sortira pas», estime Ludovic Subran.

Aucun pays n’a encore ratifié le traité instituant le MES, le mécanisme européen de stabilité, ce qui laisse une marge de manœuvre politique aux dirigeants européens pour résoudre ce problème lors du sommet de Bruxelles des 28 et 29 juin.

En attendant, la pression monte sur l’Allemagne, priée d’accepter un allégement de la cure d’austérité en Grèce, et sur la Banque centrale européenne, appelée à racheter de la dette d’État pour détendre les taux espagnols et italiens. Mais la BCE ne semble pas décidée à agir en ce sens. D’après son dernier communiqué, l’institution monétaire n’a racheté aucune obligation publique de la zone euro la semaine dernière. Son programme de rachats d’obligations publiques est interrompu depuis la mi-mars. Le total de ses opérations sur la dette, commencées en 2010 lors de la première crise grecque, se monte à 210,5 milliards d’euros.

Source Le Figaro via Conscience du peuple

Publicités
Cet article a été publié dans actualité, crash bousier , économie et politique, infos et véritées sur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s