«On ne veut pas voir l’état catastrophique de l’école»

11 juillet 2012 Posté par benji sous Réflexion

À écouter les experts, les politiciens et les intellectuels de ce pays, pour régler les problèmes au niveau scolaire dans ce pays, il faut revoir « le temps d’occupation des lieux » par les élèves, hormis cela…. Tout va nickel, il n’y a aucun problème, ou si peu… Seulement, ces imbéciles aux yeux pleins de me…. grands orateurs préfèrent ne pas voir les véritables problèmes! L’éducation est un tout, ce n’est pas au corps enseignant réduit à faire du baby-sitting d’éduquer les enfants, du respect à la géographie, de la politesse au mathématiques! Et quand un témoignage tel que celui-ci paraît, il est bon de mettre le doigt là où cela fait mal. Pour ma part, j’ai affaire à un corps enseignant incapable et à l’esprit complètement étriqué, mais ça, c’est une autre histoire…

Une fois n’est pas coutume, L’Hérétique, notre blogueur associé, laisse la parole a un visiteur de son site. Cet enseignant – «furieux et réaliste» – donne une vision crue et désabusée de son travail dans lequel il parvient pourtant à créer parfois «l’envie, la curiosité».

(photo : Alexandre Prévot, via Flickr CC) 

(photo : Alexandre Prévot, via Flickr CC)

J’ai lu récemment dans un commentaire, le témoignage d’un enseignant qui écrit sous le pseudonyme de John Keating. Je pense qu’il vaut vraiment d’être lu :

Croire que le problème principal de l’école d’aujourd’hui, c’est le rythme scolaire ou la date et la durée des vacances est tout bonnement hallucinant. Et pourquoi pas la couleur des salles, le vouvoiement des élèves l’uniforme et letchador.

On ne veut pas voir l’état catastrophique de l’école – et surtout du collège – dont les missions sont tellement multiples qu’elles sont par avance vouées à l’échec. Le découragement, les dépressions, les suicides de nombreux profs’  – des chiffres vont bientôt sortir et France Telecom à côté c’est Bisounoursville – qui sont au front tous les jours avec des élèves odieux, insultants, menaçants, méprisants et soutenus par des parents vindicatifs et fiers de leur médiocrité et de leur vulgarité – histoire de donner l’exemple à leurs rejetons. Et nous, obligés de comprendre, pardonner, excuser car ils sont jeunes et en construction ; sinon on arrête le métier. De toute façon, il faut bien les garder jusqu’à 16 ans, mêmes les pires crapules soupçonnées de racket, vols et j’en passe.

Les rapports de force qui s’établissent dans certains quartiers avec la police ou les pompiers on les retrouve dans les classes ; tout ce qui représente l’Etat et l’autorité est rejeté avec force. L’instruction est minimale, pourtant c’est le coeur du métier. L’échec est tellement immense qu’on en est réduit à accepter l’inacceptable pour un brin de paix sociale et à se contenter du minimum, c’est-à-dire qu’au moins dans la classe, personne ne s’égorge ou se balance des compas dans la figure. Le prof’ devient un maton mais il est seul pour faire parfois face à des mutineries quand les exigences simples de civisme sont trop élevées. La hiérarchie ferme les yeux, fait semblant de ne pas voir et se décharge de toute responsabilité.

Ce constat alarmant n’est certes pas le même partout, loin de là, et varie du tout au tout selon les filières, les villes, les régions, mais dans les établissements les pires, on en est aux caméras de surveillances, on parque les élèves dans la cour pour éviter les dégradations des locaux, la police intervient de plus en plus souvent, des profs’ font régulièrement des mains courantes car menacés par des élèves ou des parents.

Source et article complet sur Marianne2.fr

Advertisements
Cet article a été publié dans actualité, infos et véritées sur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s