Renault : le plan de départs pourrait concerner 8260 emplois

17 janvier 2013 Posté par Benji sous Actualité généraleArgent et politique

Ce ne serait plus 7500 mais 8260 personnes qui seraient jetées à la rue, plus de job, plus rien, terminé, nada! Un véritable massacre qui dépasse le plan social de PSA.

Renault veut supprimer 7500 emplois en France d'ici 2016
Renault a annoncé mardi qu’il voulait supprimer 7500 emplois en France d’ici 2016 afin d’améliorer sa compétitivité, assurant que tout plan social est exclu. / Crédits : TF1/LCI
Selon Le Parisien, la direction de Renault table sur plus de 8000 départs, et non 7500 comme annoncé. Les syndicats évoquent un manque de transparence du groupe. 

Mardi, le plan dévoilé par la direction de Renault était clair : 7500 suppressions de postes en trois ans contre l’assurance qu’il n’y aurait ni plan de départs volontaires ni licenciements secs ou économiques. Un séisme pour les syndicats qui a entrainé mercredi des débrayages dans plusieurs usines. Plusieurs centaines de salariés ont cessé le travail, le plus souvent brièvement, notamment à Sandouville et Cléon en Seine-Maritime.

Mais selon Le Parisien, la saignée pourrait être encore plus grande. Selon un document interne à Renault, la direction estime en réalité à 8260 le nombre de départs d’ici 2016. Elle envisage 4100 départs naturels, dont 2150 via les retraites, et 1950 pour licenciements, démissions et mobilités. Le reste des départs seraient accolés à l’élargissement de la préretraite, qui concernerait 3550 salariés. Enfin, 1010 autres salariés seraient poussés vers la sortie en leur proposant une création d’entreprise, un contrat chez un sous-traitant, ou même… un concurrent.

Ce plan permettrait le recrutement de 760 personnes sur les “compétences critiques”, selon le document cité par Le Parisien. Mais les syndicats souhaitent des garanties sur ces promesses de recrutement, dénonçant un “manque de transparence” de la direction. Depuis cinq ans, selon un syndicaliste cité par Le Parisien, Renault n’embauche plus que des CDD ou des intérimaires. Une nouvelle réunion aura lieu le 22 janvier.

Source sur TF1 News
Publié dans actualité, crash bousier , économie et politique, infos et véritées sur | Laisser un commentaire

Le maximum solaire approche dans un calme extraordinaire

16 janvier 2013 Posté par Benji sous ciel et espace

 

Les études scientifiques révèlent une certaine confusion sur cette activité de notre étoile. En effet, le maximum du cycle solaire N°24 actuel est attendu pour cette année. Ce maximum solaire reste très faible dans un calme inhabituel. Les tâches solaires actuelles sont numérotées alors que la majorité d’entre elles restent insignifiantes.

Une signature visuelle de l’activité du Soleil est le nombre de taches à sa surface (image ci-dessous; crédit:NASA). Plus ces taches noires sont nombreuses, plus l’activité magnétique est intense et concentrée apparemment dans ces zones sombres (car plus froides de 1500° que la surface à 5800°). Cela cause entre autre des vents solaires composés de particules “électriques” comme les électrons. Elles foncent sur notre planète protégée fort heureusement par son bouclier magnétique. Mais elles y pénètrent quand même par les Pôles provoquant les aurores boréales et australes.

Le maximum sera atteint dans l’année 2013. Cette activité obéit à des cycles d’environ 11 ans, la durée moyenne entre un maximum et un minimum de taches solaires. Le dernier minimum a duré plus longtemps que prévu. Les taches solaires avaient alors pratiquement disparu. Le maximum très faible devrait être atteint en mai 2013.

Le Soleil actuel est le plus calme depuis plus de 100 ans.

Nombre de jours sans taches solaires au cours des 100 dernières années. L’année 2008 est la deuxième année où le Soleil a été le plus calme avec le record de l’an 1913.

Cela fait plusieurs années que les experts s’inquiètent de la faible activité solaire et de la possibilité d’un nouveau minimum. Le prochain changement devrait se produire en mai 2013, mais on a remarqué récemment que le pôle Nord avait déjà commencé sa migration (sans modification pour le pôle Sud). Si cela se confirme, le changement du pôle Nord sera terminé prochainement et on obtiendra un quadripôle (deux nouveaux pôles près de l’équateur).

Pour la suite de ce cycle actuel, tout ceci rappel singulièrement des cycles connus comme le minimum de Dalton et le minimum de Maunder.

En astronomie, le minimum de Maunder correspond à une époque, approximativement située entre 1645 et 1715 durant laquelle le nombre de taches solaires, et donc le champ magnétique du Soleil et toutes les formes d’activité qui en découlent, était significativement plus faible qu’aujourd’hui. Le nom de minimum de Maunder est donné en l’honneur d’E. W. Maunder qui a fait état de ce phénomène en 18901. Maunder ne saurait cependant être considéré comme le découvreur de ce phénomène, puisque dans son annonce, il mentionne explicitement qu’il se base sur les recherches de F. W. G. Spörer publiées en langue allemande et française en 1887 et 1889.

Cette époque correspond au cœur d’une période où le climat terrestre était assez froid, du moins en Europe et en Amérique du Nord, appelée petit âge glaciaire. Elle suggère que le climat terrestre est au moins partiellement dépendant de l’activité magnétique du Soleil. Deux hypothèses sont invoquées, à savoir la variation du rayonnement solaire et la modulation du flux des rayons cosmiques par le vent solaire.

Dans la première partie du XIXe siècle eut lieu une autre période, moins marquée, de diminution du nombre des taches solaires observées. Cette période est appelée minimum de Dalton. Antérieurement à l’ère télescopique et l’observation systématique des taches solaires, il semble y avoir eu, entre 1420 et 1570 une autre période de faible activité solaire, appelée minimum de Spörer. Ce minimum est indirectement déduit de l’étude de rapports isotopiques de divers éléments chimiques qui semblent directement corrélés avec l’activité solaire.

Voici le cycle des années 1996 à 2006. Le maximum a eu lieu en 2001 où l’on voit très bien son activité à son maxi :

Le cycle solaire actuel inhabituellement “faible” marquerait ainsi un retour à une météorologie que nos aïeuls ont connu au Moyen-Age…

Via sott.net

 

Publié dans climatologie, infos et véritées sur, soleil | Laisser un commentaire

Le butin de l’intervention française au Mali : uranium, or, diamants et pétrole

16 janvier 2013 Posté par Benji sous Argent et politiqueGéopolitique,Manipulation

En l’état actuel, les forces engagées au Mali coutent 400’000 euros par jour. Une dépense qui va devoir, pour raison d’enlisement, être rapidement revue à la hausse en doublant au moins les effectifs engagés.

Également, il est surprenant d’entendre le ministre de Défense, Jean-Yves Le Drian, défendre cette intervention sous le prétexte que « la France est en guerre contre le terrorisme », une terminologie dont on sait que, en terme tactique, elle ne veut par définition rien dire, ce qu’a d’ailleurs largement démontré les dix dernières années de guerre en Afghanistan, qui auront couté plus de 2’400 milliards de dollars. Un conflit qui, non seulement, aura fait le bonheur du complexe militaro-industriel, mais également celui des Taliban, puisque tous les observateurs ont d’ores et déjà admis que le gouvernement fantoche de Karazaï explosera dès le départ des troupes étrangères, et les islamistes reprendront alors le contrôle total du pays.

Mais M. Le Drian semble aimer fanfaronner, puisque que, après nous avoir annoncé vaillamment samedi que la ville de Konna avait été reprise grâce à la France, il a du, ce mardi soir, faire marche arrière, et admettre ce que nous écrivions déjà il y a 48h : Konna est toujours aux mains des islamistes.

Nous expliquerons prochainement en détail pourquoi cet engagement français ne peut aboutir qu’à un échec sur le terrains des combats, en plus d’autres conséquences dramatiques sur le sol Français mais, pour l’heure, nous allons nous concentrer sur les intérêts réels de cette guerre, qui ne peuvent, sauf pour les imbéciles et les complices, être ceux affichés par le gouvernement Hollande.

La France connaît une situation de chômage dramatique. Officiellement, selon l’Insee, le ministère du travail et Pôle Emploi : c’est 10 % de la population active, soit environ 3 millions de personnes. Mais si l’on compte tous les « inscrits à Pôle Emploi » qui n’apparaissent pas dans les statistiques Insee, on est à plus de 5 millions. Certains, comme David Bornstein, qui a récemment réalisé un reportage pour Arte intitulé « France : les chômeurs invisibles », estiment que ces chiffres sont largement sous évalués et que c’est en réalité 30% de la population active française qui serait touchée. En plus de cela, l’Unedic vient d’annoncer, pour 2013, une augmentation de 180’000 chômeurs, soit 500 par jour.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

La situation économique est plus catastrophique encore, puisque l’on sait que la France a été le pire cancre de la zone euro sur le 9 premiers mois de 2012 (il faut attendre encore un peu pour avoir un résultat sur l’ensemble de l’année) avec un déficit de sa balance commerciale de 62,5 milliards d’euros. Pendant le même laps de temps, l’Allemagne réalisait un bénéfice de 144,7 milliards.

Dans cette situation de quasi faillite, il va être difficile de faire croire très longtemps que la France se lance dans une guerre au Mali sans avoir des visées très précises sur ce que cette opération pourrait économiquement rapporter.

Dans la continuité del’excellent article de notre camarade Spencer Delane, placé sur Mecanopolis samedi soir, nous vous proposons la lecture de ce rapport édifiant sur le secteur minier du Mali.

Frédéric Courvoisier, Mecanopolis

Le secteur minier du Mali, un potentiel riche mais inexploité

L’Or: Mali: Le troisième plus grand producteur d’or de l’Afrique avec une exploration à grande échelle en cours

Le Mali est connu pour son or depuis le Grand Empire malien et le pèlerinage à la Mecque de l’Empereur Kankou Moussa en 1324, dans sa caravane, il transporta plus de 8 tonnes d’or! Le Mali a donc traditionnellement toujours été un pays minier et cela depuis un demi millénaire.

Le Mali compte actuellement sept mines d’or en exploitation, parmi lesquelles: Kalana et Morila dans le sud du Mali, Yatela, Sadiola et Loulo à l’ouest du Mali et les mines qui ont récemment repris la production, notamment Syama et Tabakoto. Parmi les projets avancés d’exploration d’or, on compte : Kofi, Kodieran, Gounkoto, Komana, Banankoro, Kobada et Nampala.

Uranium: signes encourageants et exploration en plein essor

L’exploitation est actuellement menée par différentes entreprises ayant des indications claires sur les dépôts d’uranium au Mali. Le potentiel en uranium se situe dans la région de Falea qui recouvre une superficie de 150 km² du bassin de Falea – Guinée du nord, le potentiel en uranium de Falea devrait être de 5000 tonnes. Le projet Kidal, au nord est du Mali, sur une superficie de 19 930 km2 est un projet qui couvre une vaste province géologique cristalline connue sous le nom de L’Adrar Des Iforas. Le potentiel en uranium du dépôt de Samit dans la seule région de Gao devrait atteindre les 200 tonnes.

Diamants:

Le Mali a le potentiel de développer son exploitation de diamants : dans la région administrative de Kayes (région minière 1), trente (30) diatrèmes (pipes) kimberlite ont été découverts et parmi ceux-ci huit ont montrés des traces de diamant. Huit petits diamants ont été récupérés dans la région administrative de Sikasso (dans le sud du Mali).

Les pierres précieuses sont les suivantes et elles se situent dans :

• Dans les environs de Nioro et Bafoulabe: grenats et minerais magnétiques rares

• Dans les environs de Bougouni et dans le bassin de Faleme: minerais de pegmatite

• Au Gourma – grenats et corindons

• A L’Adrar des Ilforas – pegmatite et minerais métamorphiques

• Dans la zone de Hombori Douentza: quartz et carbonates

Minerai de fer, Bauxite et Manganèse: des ressources importantes sont présentes au Mali mais toujours inexploitées

Le Mali a, selon les estimations, plus de 2 millions de tonnes de potentielles réserves en minerai de fer, situées dans les zones de Djidian-Kenieba, Diamou et Bale.

Les réserves de bauxite sont estimées à 1,2 millions de tonnes et elles sont situées à Kita, Kenieba et Bafing- Makana. Des traces de manganèse ont été découvertes à Bafing – Makana, Tondibi et Tassiga.

Autres ressources minières et potentielles au Mali

• Dépôts de roches calcaires : 10 millions de tonnes estimées (Gangotery), 30 millions de tonnes estimées (Astro) et Bah El Heri (Nord de Goundam) 2,2 millions de tonnes estimées.

• Cuivre: potentiel à Bafing Makan (région de l’ouest) et Ouatagouna (région du nord)

• Marbre: Selinkegny (Bafoulabe) 10,6 millions de tonnes de réserves et de traves estimées à Madibaya

• Gypse: Taoudenit (35 millions de tonnes estimées), Indice Kereit (nord de Tessalit) 0,37 millions de tonnes estimées.

• Kaolin: réserves potentielles estimées (1million de tonnes), situées à Gao (région du nord)

• Plomb et zinc: Tessalit dans la région du nord (1,7 millions de tonnes de réserves estimées) et des traces à Bafing Makana (région de l’ouest) et à Fafa (nord du Mali)

• Lithium: indications à Kayes (région de l’ouest) et potentiel estimé à 4 millions de tonnes à Bougouni (région du sud)

• Schiste de bitume: potentiel estimé à 870 millions de tonnes, indications découvertes à Agamor et Almoustrat dans la région du nord.

• Lignite: potentiel estimé à 1,3 millions de tonnes, indications découvertes à Bourem (région du nord)

• Pierre de sel: potentiel estimé à 53 millions de tonnes à Taoudenni (région du nord)

• Diatomite: potentiel estimé à 65 millions de tonnes à Douna Behri (région du nord)

Le potentiel pétrolier du Mali attire déjà beaucoup d’intérêt de la part des investisseurs

Le potentiel pétrolier du Mali est répertorié depuis les années 1970 où des séismes sporadiques et des forages avaient permis de découvrir des traces de pétrole. Avec l’augmentation globale du prix du pétrole et du gaz, le Mali a accéléré la promotion et la recherche de nouvelles explorations, productions et exportations pétrolières. Le Mali pourrait offrir une route privilégiée stratégique pour les exportations de gaz et de pétrole de la région sub-saharienne vers les pays de l’ouest et de plus, il y a toujours la possibilité de relier le bassin de Taoudeni au marché européen, en passant par l’Algérie.

Un travail de réinterprétation de données géologiques et géophysiques précédemment recueillies a déjà débuté, se focalisant sur cinq bassins de sédiments dans le nord du pays, y compris ceux de: Taoudeni, Tamesna, Ilumenden, Ditch Nara et Gao

En juillet 2008, le gouvernement malien a modifié la loi sur l’exploration pétrolière, faisant passer la période d’exploration de 10 à 12 ans. Cette nouvelle loi a pour objectif d’augmenter l’attractivité de l’exploration pétrolière, du transport et du raffinage au Mali.

L’Autorité de promotion de l’exploration pétrolière (AUREP) est l’organisme au sein du gouvernement malien qui est responsable du respect des engagements des entreprises de part la signature de différentes conventions.

L’intérêt suscité par les parcelles pétrolières et gazières au Mali est fort, avec actuellement 15 parcelles sur les 29 proposées qui ont déjà été attribuées.

Sources :

Ministère des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Mali :

http://www.mines.gouv.ml/

Autorité pour l’Avancement de l’Exploration Pétrolière(AUREP) :

http://www.aurep.org/aurepfr/

DNGM :

http://dngm.org

Site Officiel de la Présidence :

http://www.koulouba.pr.ml

Via Mecanopolis.org

 

Publié dans actualité, crash bousier , économie et politique, infos et véritées sur, psychologie et manipulation | 1 commentaire

20 SEAL qui ont participé à la traque de Ben Laden sont morts

16 janvier 2013 Posté par Benji sous complots et théories

Un mystère entoure le sort des hommes impliqués dans la traque d’Oussama Ben Laden.
21 soldats du SEAL (unité spéciale des opérations de l’US Navy) qui ont participé par exemple à l’opération « Trident de Neptune », sont morts, soit par suicide ou lors de missions de combat en Afghanistan.
Job Price (en photo), 42 ans, commandant en chef de la Team 4,se serait suicidé le 22 Décembre 2012.
Les décès couvrent la moitié de l’équipe qui a traqué le terroriste saoudien à Abbottabad, au Pakistan, le 2 mai 2011.
Le Août 6 2011, un accident d’hélicoptère en Afghanistan a tué 20 soldats de la Team 6 qui avaient participé à la mission.
C’est dans ce contexte où quasiment tous les témoins de cette opération sont désormais morts, que devant trois juges de la cour d’appel de Washington, une organisation – « Judicial Watch » – a fait appel de la décision du gouvernement américain de ne pas publier les photos de la mort de Ben Laden dans l’objectif final d’obtenir leur publication.

Sources : Reuters / SunTimes / Wikipédiavia Sott.net

Publié dans infos et véritées sur, psychologie et manipulation | Laisser un commentaire

Destructions d’emplois massives mais discrètes dans les groupes publics

16 janvier 2013 Posté par Benji sous Actualité généraleArgent et politique

Pour un emploi détruit dans le secteur privé, combien le sont dans le secteur public marchand ? Tandis que les réductions d’effectifs chez Renault font l’actualité, de grandes entreprises publiques suppriment des emplois par milliers sans faire les gros titres des journaux.

Il en va ainsi de La Poste, premier employeur de France après l’Etat (268.822 agents à fin 2011), qui a supprimé 8.500 emplois par an en moyenne sur la période 2003-2011, le nombre de départs naturels excédant toujours celui les embauches. Si la récente vague de suicides de postiers sur leur lieu de travail, fin 2011 et en 2012, a révélé un profond malaise social chez l’opérateur postal lié à l’impact des réductions d’effectifs sur l’organisation du travail, pendant des années, le PDG Jean-Paul Bailly a réduit l’emploi en maintenant la paix sociale. C’est pourquoi les 80.000 postes perdus par le groupe public en dix ans,le nombre de fonctionnaires a été divisé par deux n’ont pas davantage fait la Une.

Evidemment, l’absence de licenciements dans le secteur public compte pour beaucoup dans cette relative indifférence. Mais la conviction, solidement ancrée dans l’opinion, que les groupes publics étaient ou sont encore en sureffectifs et peuvent supporter des coupes claires sans affecter les services rendus, pèse aussi. Qui plus est, en France, la fermeture d’usines renvoie à la lourde problématique économique de la désindustrialisation des territoires. Les suppressions d’emplois dans les services mobilisent moins l’opinion.

Sans fracas

« L’habitude s’est installée de voir La Poste annoncer des destructions massives d’emplois via des départs naturels ou volontaires, analyse Nicolas Galepides (Sud-PTT). Comme il n’y a pas de plan social et que c’est moins brutal qu’ailleurs, la direction agit sans fracas. Elle communique sur le nombre d’embauches, mais les 5.000 recrutements par an d’ici à 2014 annoncés dans le cadre du ‘grand dialogue’ lancé après les suicides ne compenseront pas les 13.000 agents qui partent chaque année. »

« Le recours aux contrats à durée déterminée et aux intérimaires, en plus de la sous-traitance, nous préoccupe : on crée de l’emploi précaire et moins payé. » A La RATP, Jacques Eliez, secrétaire général de la CGT, s’inquiète aussi de cette attrition de l’emploi public : « Il y a un paradoxe à voir l’Etat se battre pour sauver des usines et précariser l’emploi dans ses entreprises », lance-t-il. A périmètre constant, la régie de transports publics (42.200 agents) a perdu 4.000 emplois depuis 2006, précise-t-il, et encore 650 environ en 2012. « C’est plus d’emplois détruits que dans l’usine de PSA à Aulnay », déplore le syndicaliste.

Chez France Télécom, dont l’Etat possède encore 27%, la direction a annoncé4.000 créations d’emplois d’ici à 2015. Mais elle a évalué à 9.000 les départs à la retraite sur la période, dont un gros contingent de fonctionnaires embauchés entre 1975 et 1977. Les syndicats ajoutent à ce décompte les départs naturels et, au final, France Télécom pourrait perdre entre 8.000 et 10.000 salariés en France (sur 100.000). Surtout qu’un ‘accord senior’ vient d’être signé pour accélérer le départ des fonctionnaires les plus âgés. « La direction estime à 10.000 les candidats potentiels au temps partiel senior, mais n’a pas prévu de recrutement compensatoire », déplore Patrick Ackermann de Sud-PTT.

« France Télécom réalise encore des profits substantiels, mais le gouvernement laisse passer ces suppressions d’emplois, regrette-t-il, notre groupe pourrait très bien servir d’amortisseur social de la crise. » Un proche de la direction glisse pour sa part : « C’est vrai qu’en interne le climat social s’est apaisé, la crise des suicides est derrière nous. Et les suppressions de postes sont moins impressionnantes que chez Renault ou PSA » [1]

A la SNCF, direction et syndicats s’opposent sur les chiffres. La première assure que les effectifs de l’Epic, établissement public à caractère industriel et commercial, vont rester constants en 2013 par rapport à 2012 (environ 150.000). « En réalité, on pense qu’il va y avoir entre 7.000 et 8.000 départs naturels par an, essentiellement pour cause de retraite. Ils ne seront pas compensés par la récente promesse de la direction d’embaucher 40.000 personnes d’ici à 2017. En effet, ces recrutements concerneront l’ensemble du groupe, et pas seulement l’Epic », pointe Patrick Lame de FO-Cheminots.

Le Monde

11 000 suppressions de postes chez PSA d’ici à 2014

Entre les départs volontaires, les reclassements et les non-remplacements de départs à la retraite, 11 000 personnes devraient quitter PSA Peugeot Citroën d’ici à 2014. La fermeture de l’usine d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), prévue en 2014, prévoit le reclassement de ses 3 000 salariés : 1 500 devraient notamment rejoindre l’usine de Poissy (Yvelines). Concernant l’autre moitié des salariés, PSA assure avoir trouvé 1 250 propositions d’emploi. Mardi 15 janvier, la société IDLogistic a présenté son projet : 540 postes de caristes ou préparateurs de commandes sont proposés. Pas convaincus, les syndicats ont entamé, mercredi 16 janvier, un mouvement de grève à Aulnay, qui paralysait une partie des chaînes de montage.

Chez Renault, dont l’Etat possède 15%, 7.500 postes vont être supprimés d’ici 2016, soit 14% des effectifs : 5.700 « départs naturels à la retraite qui ne seront pas remplacés » + 1.800 personnes qui pourraient être concernées par une prolongation et un renforcement des dispositifs GPEC. Le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg a salué ce plan de restructuration qui ne prévoit ni licenciement ni fermeture d’usine, « deux lignes rouges » qui n’ont « pas été franchies », selon lui : chez cet homme « de gauche », le moins-disant social au nom de « l’emploi à tout prix » règne lamentablement.
Du côté des syndicats, on dénonce une annonce qui relève de la «manipulation» alors qu’un accord est en discussion : elle «est faite pour créer un choc chez les salariés en leur disant Renault va très mal, et mettre la pression sur les syndicats pour les forcer à signer l’accord». Dès le début des négociations en novembre, alors qu’un accord sur la compétitivité était signé en Espagne, la direction avait mis la pression sur les syndicats : pas de fermeture de site si un accord était trouvé avec eux. Depuis, la direction déroule ses propositions (alignement du temps de travail pour tous les sites, mobilité obligatoire, «mutualisation» d’activités) tout en évoquant la possible venue de partenaires, comme Nissan et Daimler, dans des usines françaises. «On nous demande de signer un accord sans savoir la stratégie de l’entreprise», déplore SUD qui prévoit de proposer «des actions» aux salariés mais au Technocentre, «ce n’est pas une population qui manifeste sa révolte. Soit ils se taisent, soit ils démissionnent»…

Source: Realinfos

Publié dans crash bousier , économie et politique, infos et véritées sur | Laisser un commentaire

Folie génétique : des scientifiques font produire des saumons par des truites

17 janvier 2013 Posté par Benji sous Découvertes/sciencesÉcologie, environnement et animaux

Des scientifiques japonais ont réussi à recréer une variété de saumon en transformant les cellules reproductives de truites arc-en-ciel, une technologie qui peut selon eux éventuellement aider à protéger des espèces halieutiques menacées d’extinction.

Cette méthode est complète et nous pouvons recréer des spermatozoïdes, des oeufs, et des saumons à tout moment, a expliqué le professeur Goro Yoshizaki de l’Université de Sciences et Technologies maritimes de Tokyo.

La méthode consiste à geler les testicules du saumon Yamame, un poisson d’eau douce, avant d’en extraire des cellules germinales primordiales et de les implanter dans une truite arc-en-ciel.

Ces cellules, appelées spermatogonies primitives, se combinent avec celles de la truite pour générer des spermatozoïdes chez les mâles et des ovules viables et pleinement fonctionnels chez les femelles.

Les ovules et les spermatozoïdes peuvent être fusionnés in vitro pour produire un saumon Yamame parfaitement sain, selon lui.

Et d’ajouter: nous avons aussi vérifié que cette technologie fonctionne également avec le poisson-globe, le célèbre fugu très apprécié des gourmets japonais mais dont une substance mortelle doit être extraite auparavant par un spécialiste.

Le professeur, qui a déjà lancé un projet visant à conserver les espèces de poissons menacées, dit également envisager de voir si cette méthode peut s’appliquer aux mammifères ou aux reptiles, mais l’obstacle est encore élevé parce que les ensembles de gènes sont très différents entre les mâles et femelles, souligne-t-il.

L’étude de son équipe a été publiée en ligne dans les Actes de l’Académie nationale des sciences des États-Unis.

Source: etat-du-monde-etat-d-etre.net

Publié dans infos et véritées sur | Laisser un commentaire

Dérèglement climatique : allons-nous vers une nouvelle période glaciaire ?

Ere glaciaire

© Inconnu

De nombreux records de températures ont été récemment pulvérisés, et des intempéries exceptionnelles constatées dans de nombreux pays. Une vague de froid qui a frappé la Russie, faisant 170 morts, avec des températures qui ont atteint -30° près de Moscou et approché de très près -60° en Sibérie, alors que le record précédent remonte à 1901 !(source)

Le Proche-Orient n’est pas épargné, de la neige est tombée mercredi en Syrie, au Liban, dans les Territoires palestiniens, en Israël et en Jordanie, faisant pour le moment onze victimes, sans parler des pluies diluviennes qui ont paralysé plusieurs pays.

Les Etats-unis ne sont pas en reste, avec des températures allant de -23°jusqu’à -35°C en Amérique du Nord, et 15 cm de neige au Mexique. Paradoxalement, une vague de chaleur extrême frappe l’Australie avec des pointes record avoisinant les 60°, alors que le précédent record date de 1960.

Alors, vague passagère ou évènements anonciateurs de dérèglements à venir de plus en plus intenses ? J’ai publié récemment un article relatant l’ondulation inhabituelle du jet-stream qui explique les aléas actuels du climat, mais est-ce bien lui le seul responsable ? Cela va-t-il durer ? D’autres paramètres peuvent ils influer cette tendance ?

Le Jetstream a son homologue aquatique, le Gulfstream, courant thermohaline (wiki), qui lui aussi contribue en grande partie à la régulation climatique de notre globe en faisant circuler un courant d’eau chaude, or, des études ont démontré que le Gulfstream a divergé de sa route habituelle depuis 2011 (lien). De plus, ce courant marin est propulsé et contrôlé par une combinaison d’interactions dont les forces éoliennes (Jetstream) font partie, et une altération du Gulf Stream est évoquée par plusieurs scientifiques comme cause possible du petit âge glaciaire survenu dans les années 1800 (wiki).

A cela vient s’ajouter le fait que les éruptions volcaniques jouent un rôle essentiel dans les phases de reffroidissement climatiques. En effet, les particules rejetées lors d’éruptions peuvent nettement diminuer l’efficacité du rayonnement solaire et ainsi favoriser une très nette baisse de températures, et l’activité volcanique a elle aussi été mise en cause concernant le « petit âge glaciaire » des années 1800. Hors, si vous lisez régulièrement Le veilleur, vous devez savoir que le nombre d’éruptions volcaniques a largement augmenté depuis plusieurs mois (voir la rubrique activité volcanique).

L’activité solaire a elle aussi son rôle à jouer, comme l’ont admis dernièrement les experts du GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat) (lien) dont ils semblerait que certains experts commencent à douter de la réalité du réchauffement climatique (lien). Les éruptions solaires, parfois accompagnées d’éjections de masse coronale, peuvent être gigantesques et propulser vers la terre des flux thermiques énormes, ainsi que des rayons gamma et rayons X, et il se trouve qu’en ce début 2013 nous seront témoins d’un nouveau maximum d?activité solaire, cycle de onze ans durant laquelle notre astre risque de nous en mettre « plein la vue ».

Donc, pour résumer, nous avons le Jetstream ainsi que le Gulftream qui montrent des signes de dérèglements et d’instabilité, ainsi que qu’une activité volcanique à la hausse, tout comme l’activité sismique qui y est liée, accompagné d’une période de maximum solaire qui de plus pourrait être agitée…

Je ne suis pas climatologue, mais après recoupement de toutes ces informations, je me pose des questions sur ce qui nous attend, mais peut être ai-je trop regardé « Le Jour d’après » ?

Le veilleur

Russie : 170 décès dus au froid

Le début d’hiver rigoureux qu’a connu la Russie a fait 170 morts, dont un enfant. Un précédent bilan faisait état de 123 morts. Au total, 1.594 personnes ont été hospitalisées, dont 69 enfants. Sur les dernières 24 heures, neuf personnes ont été hospitalisées.

Une vague de froid intense a frappé la Russie en décembre, faisant descendre les températures jusqu’à -30° dans la région de Moscou et -59° en Iakoutie (extrême nord-est de la Sibérie). Ces températures étaient au moins de 10 degrés en-dessous de la norme saisonnière, les grands froids survenant généralement en janvier-février.

Le thermomètre est par la suite remonté, amenant même brièvement de la pluie à Moscou fin décembre, et s’établissait mercredi à -12° dans la capitale, une température normale pour la saison, selon les services météorologiques russes.

Le Proche-Orient en proie à des intempéries exceptionnelles

Les intempéries exceptionnelles qui balayent depuis quatre jours le Proche-Orient ont causé la mort de onze personnes et la disparition de plusieurs autres et rendent encore plus difficiles les conditions de vie des réfugiés syriens, notamment au Liban.

Les services météorologiques n’attendaient aucune amélioration du temps avant jeudi. Les températures ont chuté en deçà des normales saisonnières dans plusieurs pays, et de la neige est tombée mercredi en Syrie, au Liban, dans les Territoires palestiniens, en Israël et en Jordanie. Au Liban, un homme a été retrouvé mercredi mort de froid dans sa voiture à Taalabaya. En Cisjordanie, quatre Palestiniens, dont trois femmes, ont péri mercredi.

Ces morts portent à onze le nombre de personnes mortes en raison des intempéries depuis dimanche dans la région (trois au Liban, trois en Israël et cinq en Cisjordanie). En prévision de chutes de neige dans l’après-midi à Jérusalem, la municipalité israélienne a décidé la fermeture des établissements scolaires. Les autorités palestiniennes ont elles aussi prolongé les vacances scolaires jusqu’à samedi. Même mesure au Liban, où les écoles restent fermées jusqu’à vendredi. Les intempéries ont entraîné des coupures d’électricité mercredi et jeudi dans tout le Liban, où des salariés de la compagnie nationale d’électricité chargés de réparer le réseau sont en grève. En Jordanie, mercredi a été décrété jour férié.

Des pluies diluviennes

Les pluies diluviennes ont paralysé la circulation dans plusieurs pays. En Jordanie, de nombreux grands axes à Amman et dans d’autres régions du royaume étaient fermés et la police a conseillé aux gens de « ne sortir qu’en cas de nécessité » alors que le mauvais temps a causé plus de 700 accidents de la route ces dernières 48 heures. Au Liban, où la tempête a fait également un disparu, un nourrisson de six mois, les routes et dans certaines régions les habitations, ont été inondées en raison des fortes pluies, alors que la circulation était fortement perturbée.

En Egypte, des pluies torrentielles se sont abattues toute la nuit sur le Sinaï et la Haute-Egypte, provoquant des inondations, ainsi qu’à Alexandrie, où le port était fermé pour le quatrième jour consécutif. Dans le Grand Caire, les fortes pluies ont perturbé le trafic. Les garde-frontières et l’armée continuaient par ailleurs de chercher dix pêcheurs portés disparus depuis que leur embarcation a sombré au large de Marsa Matrouh.

En Syrie, la télévision d’Etat diffusait des images en direct de Damas sur laquelle s’abattait une forte neige. La ville de Homs était également sous la neige. En dépit des intempéries, les bombardements et les combats entre soldats et rebelles qui déchirent le pays depuis vingt et un mois, se poursuivaient sans relâche, rendant encore plus difficiles les conditions de vie des Syriens. En plus des pénuries de mazout, les habitants affrontant un froid glacial sont également privés d’électricité plusieurs heures par jour.

De leur côté, les centaines de milliers de Syriens ayant fui les violences pour se réfugier dans des camps installés dans les pays limitrophes, sont touchés de plein fouet par le mauvais temps. Cécile Fradot, chargée des relations extérieures du Haut Commissariat aux réfugiés de l’ONU au Liban, a indiqué que ses services étaient « en état d’alerte », les secours se concentrant sur la vallée de la Bekaa, où il a neigé.

« Les gens ont vraiment besoin d’assistance. Aujourd’hui, dans le Nord, nous déplaçons les familles dont les abris ont été inondés », selon elle.

Grand froid en Amérique du Nord : jusqu’à -35°C, neige au Mexique

Si l’hiver est aux abonnés absents sur l’Europe de l’ouest (hormis quelques jours en première décade de décembre), ce n’est pas le cas dans l’ensemble de l’hémisphère nord. Il y a une dizaine de jours, la Russie passait un Noël glacé avec des valeurs comprises de -25 à -60°C d’ouest en est du pays. Plusieurs tempêtes de neige ont également touché le Canada et les Etats-Unis. La plus spectaculaire la semaine dernière a apporté près de 1m dans la région des Grands Lacs et jusqu’à 40 cm à Montréal.

-25°C dans le centre d’Ottawa

Depuis, les conditions anticycloniques sont revenues sur l’ensemble du continent américain. Si le temps y est calme et sec avec un bon ensoleillement, les températures ont profité des sols enneigés et de l’absence de vent pour baisser significativement. Les minimales de l’hiver ont donc été relevées hier avec jusqu’à -35°C dans le nord-est du Canada, -30°C dans les montagnes du Colorado et même -25°C dans le centre-ville d’Ottawa. Le record de froid dans cette ville canadienne est de -39°C.

Tout le nord-est du Canada, ainsi qu’une bonne moitié nord des Etats-Unis, sont concernés par ces températures particulièrement basses. Ces prochains jours, les conditions resteront favorables avec une large domination anticyclonique. Les maximales en profiteront pour gagner quelques degrés et rejoindre lentement les moyennes saisonnières.

15 cm de neige à Ciudad Juarez

Dans le même temps, un front a circulé hier également à la frontière américano-mexicaine. Le secteur de Ciudad Juarez (état de Chihuahua) a été le plus touché avec jusqu’à 15 cm en centre-ville. La circulation a été fortement perturbée par ces chutes qui sont tombées dès 800 m d’altitude sur ces hauts plateaux. Guadalajara et Tijuana ont également vu tomber la neige.

Il fait si chaud en Australie que la météo a ajouté une nouvelle couleur à ses cartes

Il fait si chaud en Australie que le Bureau national de météorologie a ajouté mardi une nouvelle couleur à ses cartes. Le point violet au centre de l’image ci-dessus représente une prévision de température de 54 °C.

« L’échelle a été étendue aujourd’hui. Cela est dû aux températures supérieures à 50 degrés prévues par les modèles du Bureau »

, a déclaré David Jones, patron de l’unité de suivi et de prévisions au Sydney Morning Herald.

Le précédent record (50,7 °C) avait été enregistré en 1960 à l’aéroport d’Oodnadatta, dans la région la plus touchée par l’actuelle vague de chaleur. Mardi, la Nouvelle-Galles du Sud, l’Etat le plus peuplé d’Australie, où se trouve Sydney, comptait plus de 130 feux de brousse. Les autorités ont prévenu qu’il s’agissait de l’une des journées les plus dangereuses de l’histoire du pays en matière d’incendies, mettant en alerte des milliers de pompiers.

Une échelle introduite après les feux meurtriers de 2009 dans l’Etat de Victoria – qui avaient fait 173 morts – classe les risques d’incendie pour la journée de mardi au niveau « catastrophique », ce qui signifie qu’ils seront incontrôlables, imprévisibles et très rapides, avec pour seule option l’évacuation des habitants.

Le Soleil victime d’une forte poussée d’acné

Ce début d’année 2013 est marqué par l’apparition de très nombreuses taches sur notre étoile. Le Soleil devrait atteindre son maximum d’activité dans les mois qui viennent.

Les observateurs solaires attendaient ce moment depuis 2001, année du dernier maximum d?activité solaire. L’année qui commence devrait être celle du maximum d’activité du cycle 24 sans que l’on sache exactement quand. Depuis plusieurs mois, on assiste à un regain de vitalité de notre étoile sous la forme de grandes taches solaires et de filaments spectaculaires qui expédient dans l’espace leur flot de particules énergétiques. Des tempêtes solaires dont la beauté (sous forme d’aurores boréales et australes) ne doit pas faire oublier les menaces qu’elles font peser sur les occupants de l’ISS et des avions en région polaire, nécessitant la mise en place de systèmes d’alerte.

Le 5 janvier dernier, l’observatoire solaire spatial SDO (Solar Dynamics Observatory), qui surveille notre étoile sans interruption dans de nombreuses longueurs d’onde depuis février 2010, a photographié plus d’une douzaine de régions actives sur le Soleil. Celui-ci semble victime en ce moment d’une maladie de peau réservée aux adolescents. Selon les prévisionnistes de la NOAA, cette dermatose aiguë pourrait entraîner une augmentation de 25 % des éruptions solaires de classe M et de 5 % celles de classe X, les plus puissantes. L’échelle des éruptions solaires se note sur cinq niveaux, notés A, B, C, M et X, et repose sur l’énergie émise dans le domaine des rayons X (longueur d’onde de 1 à 8 angströms), mesurée au voisinage de la Terre par les satellites et exprimée en W/m2.

Corée du Sud : exercice de préparation à une panne électrique géante

Les sirènes ont retenti jeudi à travers la Corée du Sud et toutes les rames de métro stoppées tandis que les habitants étaient encouragés à éteindre ordinateurs et appareils ménagers, dans le cadre d’un exercice national de préparation à une panne électrique géante.

Au début de cet exercice d’une vingtaine de minutes, des présentateurs à la télévision ont demandé aux Sud-Coréens, chez eux et dans les bureaux, d’éteindre toutes les lumières, les appareils ménagers, les ordinateurs et le chauffage. Cet exercice national intervient alors que l’hiver 2012/13 est extrêmement rigoureux et que le niveau des réserves électriques est descendu très bas.

Le gouvernement a émis plusieurs alertes au cours du mois passé, automatiquement déclenchées lorsque les réserves descendent à 4 millions de kilowatts pendant plus de 20 minutes. L’exercice de jeudi s’appuie sur un scénario où les réserves chutent sous les 2 millions de kilowatts.

Si les réserves tombent sous les 2 millions de kilowatts, ça devient grave et l’arrêt d’une seule centrale électrique pourrait alors causer un black-out national, a déclaré le ministre de l’Economie Hong Suk-Woo à la télévision nationale. Dans certaines stations de métro étaient organisés des exercices de secours aux passagers piégés dans des ascenseurs ou dans des rames entre deux stations.

Les températures sont descendues dans tout le pays à des niveaux jamais atteint depuis des décennies, en décembre et ce début janvier, frôlant les -26 degrés au nord, près de la frontière avec la Corée du Nord.

D’après des scientifiques Russes, une nouvelle ère glaciaire débutera en 2014

Les scientifiques russes vont présenter leur version de la fin du monde. Selon eux, un refroidissement brusque viendra dans la Terre. Le nouvel Age de glace va durer au moins deux siècles et littéralement gèlera le monde.

Le chef de secteur des études spatiales de l’observatoire de Poulkovo de l’Académie des Sciences de Russie, doctorat Habiboullo Abdoussamatov a déclaré que la planète a déjà commencé à refroidir. En étudiant la fréquence des changements de l’activité solaire, on peut faire des conclusions sur le réchauffement et le refroidissement à l’avenir.

« Selon les données que nous avons, les températures vont commencer à baisser de manière stable à partir de l’année 2014, et la pointe de refroidissement aura lieu en 2055, avec un possible décalage de 11 ans »

, a expliqué le scientifique.

« Ce refroidissement réduira considérablement les surfaces agricoles. En dehors des problèmes avec la nourriture, il sera beaucoup plus difficile d’organiser la production de pétrole et de gaz dans les latitudes septentrionales. Le problème de réchauffement des habitations va considérablement augmenter. Le refroidissement touchera de nombreux pays, la quasi-totalité, mais principalement les pays nordiques »

, prévient Habibullo Abdusamatov.

« La longue vague de froid pourrait devenir la cinquième petite période d’âge de glace au cours des neuf derniers siècles. Ce phénomène climatique a été enregistré au XIII, XV, XVII et XIX siècles.

« Comme il arrive souvent, on dit d’abord que tout ça sont bêtises, et non pas la science, mais après, on dit que cela serait probable, avant d’affirmer dans un premier temps que nous y avons toujours pensé. La reconnaissance de la théorie du refroidissement se produit partout dans le monde »

, conclut le scientifique.

Le Veilleur
NP le nouveau paradigme
 http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-dereglement-climatique-allons-nous-vers-une-nouvelle-periode-glaciaire-114306424.html
Publié dans climatologie, infos et véritées sur | Laisser un commentaire

Signes d’un événement planétaire imminent ?

 
Les experts agricoles des Nations Unies font état d’une anomalie, d’après les chiffres la Chine a importé 2,6 millions de tonnes de riz en 2012, quatre fois plus que les 575 000 tonnes importées en 2011. Il n’y a pas de raison évidente pour que les importations aient augmenté dans de telles proportions, puisqu’il n’y aucune pénurie de riz en Chine.

Apparemment les Chinois profiteraient de la faiblesse des prix internationaux, mais cela indique surtout que la Chine constitue de vastes réserves de riz, cultivé au Canada. Pourquoi la Chine se mettrait-t-elle subitement à stocker ces millions de tonnes de riz, sans raisons apparentes ? Peut-être lié au fait que la Chine accélère son dispositif militaire et lancerait des préparatifs de guerre dans le Pacifique et en Asie centrale.

Si 400% d’augmentation des stocks de riz ne  suffisent-pas pour vous convaincre que les Chinois se préparent à un événement important à court terme, observez ce qui se passe en  Australie : deux grands distributeurs de lait maternisé du pays ont indiqué qu’ils étaient incapables de subvenir à la demande intérieure. Des magasins à travers le pays sont en rupture, essentiellement en raison des exportations massives vers la Chine de lait déshydraté.
Une hausse des exportations de l’une des marques de lait pour nourrisson les plus populaires d’Australie a provoqué un spectacle inhabituel dans ce pays riche : des étagères vides dans certains points de vente de premier plan.
Les Chinois ont peut-être un problème avec leur lait maternisé, du style du scandale de la contamination du lait qui les a touché il y 4 ans ?
En plus du stockage alimentaire, ils diversifient leurs avoirs libellés en dollars, dans des biens physiques. En effet, en seulement un mois, en 2012, ils ont importé et stocké plus d’or que la totalité de l’or des coffres de la Banque centrale européenne. Leur stock de métaux précieux ont augmenté si rapidement ces dernières années, que la quantité réelle des avoirs chinois restent un mystère complet pour les occidentaux. Il se pourrait que la République Populaire soit maintenant le deuxième plus grand pays de thésaurisation dans le monde, derrière les États-Unis. Nous n’aurons aucune certitude tant que la Chine ne communiquera pas officiellement ses chiffres, mais vu la cadence de stockage qui est d’un peu moins de 1000 tonnes par an, il est pratiquement certain que la Chine soit au minimum le deuxième plus grand détenteur d’or au monde, dépassant l’Allemagne avec ses 3.395 tonnes et en second lieu les  États-Unis (Paul : l’or allemand est stocké et pris en otage aux USA).
Mais les Chinois n’achètent pas seulement des métaux précieux, ils acquièrent à vitesse grand V des métaux industriels.
Le prix ​​du fer était à son niveau record il y a 15 mois, à 153,90 $ la tonne. La remontée des prix, qui a commencé en Décembre 2012, serait principalement due à la reconstitution de leurs stocks, afin de répondre à une hypothétique stimulation économique intérieure.
La version médiatisée de la Chine reconstituant ses stocks, en prévision d’une reprise économique, est assez amusante, étant donné qu’il y a 8 mois l’agence Reuters rapportait que la Chine avait des surplus, et que leurs installations de stockage étaient saturées !
Les entrepôts de métaux sont tellement pleins, qu’ils stockent le cuivre sur des parkings. Au port de Qingdao, qui abrite un des plus important port chinois pour le minerai de fer, des centaines de tas de minerais, haut comme des immeubles de trois étages, débordent dans la zone stockage des céréales, et pratiquement jusque dans les rues adjacentes.
Plus au sud, les entrepôts sous douane de Shanghai utilisent aussi des parkings pour stocker le minerai de cuivre en surabondance, ce qui serait de mauvais augure pour les prix mondiaux des métaux et soulève des questions quant à la capacité de la Chine à soutenir sa croissance économique, alors que le reste du monde vacille(Paul : La crise économique mondiale à provoqué un écroulement de la demande en produits manufacturés venant de Chine)
Pourquoi la Chine stockerait massivement du minerai de fer alors qu’elle en possède déjà d’énormes quantités  excédentaires ?
Quelque chose nous dit que cela n’a rien à voir avec une hypothétique reprise économique ou les théories économiques, en termes d’analyse traditionnelle.
Pourquoi la Chine a-t-elle brutalement besoin de quatre fois plus de riz d’une année sur l’autre ?
Pourquoi acheter plus de fer, lorsque vous avez déjà d’énormes surplus ?
Pourquoi acheter de l’or, quand le président de la Réserve Fédérale, Ben Bernanke, suggère que  ce n’est qu’une relique sans valeur ?
Pourquoi construire des villes gigantesques, pouvant loger des millions de personnes, et les conserver vides ?
Tout cela ne tient pas debout. À moins que les Chinois ne soient au courant de quelque chose que nos gouvernements occultent…
Est-il possible, dans un monde où il y des centaines de milliers de milliards de dollars de dette, où les États-Unis contrôlent indirectement la plupart des réserves pétrolières de la planète, et où des super puissances ont construit des dizaines de milliers d’armes nucléaires et dépensé des centaines de milliards de dollars en armes, que les Chinois aient conscience que les choses soient en train de prendre une tournure dramatique, dans un avenir proche ?
Les Chinois achètent des biens matériels, pas seulement des actifs sous forme papier, mais des produits physiques réels, qu’ils stockent dans tout le pays. Peut-être ont-ils décidé que les dettes américaines et européennes sont de mauvaises affaires, et que ce n’est qu’une question de temps avant que leurs systèmes financiers, économiques et monétaires, subissent un effondrement total.
Au mieux, ces signes indiquent que la République Populaire de Chine s’attend à ce que la valeur des devises (ils possèdent des milliards de réserves de change occidental) se détériorera par rapport à la valeur des matières premières physiques. Ils  s’approvisionnent avant le carnage, et achètent tout ce qu’ils peuvent avant que leurs économies ne disparaissent. Au pire, ils peuvent très bien se préparer, comme l’averti l’analyste géopolitique Joel Skousen, dans son documentaire stratégique, à la prochaine décennie qui verra les Chinois et les Russes s’associer contre les États-Unis dans une épreuve de force thermonucléaire(Paul : la coopération entre ces deux puissances est déjà effective, en particulier sur l’énergie, gaz, éventuellement pétrole, ce qui permettrait à la Chine de s’affranchir du contrôle américain sur ces ressources )
Difficile à croire ? Peut-être. Mais considérez que la Chine prend des mesures concrètes, en plus de leurs stockages, qui suggèrent que nous serions déjà dans les prémices d’une troisième guerre mondiale. Ils ont cartographié les USA en totalité, eau, énergie,  raffineries, commerce et infrastructures de transport. Ils sont directement impliqués dans le piratage gouvernemental et des réseaux commerciaux, et ont réalisé le plus grand transfert de richesse de l’histoire. Militairement, la République Populaire de Chine a développé de nouvelles technologies, telles que des systèmes d’armes EMP, capables de neutraliser nos flottes militaires et la totalité de l’infrastructure électrique des pays. Elle a été prise en flagrant délit de fabrication de fausses puces informatiques, utilisées dans des systèmes d’armes de l’US Navy. Si vous doutez encore des intentions et des attentes de la Chine, tournez-vous vers d’autres pays, où apparaissent les signes que quelque-chose de terrible se prépare, et planifient les pires scénarios :
– Les Russes ont lancé l’année dernière la construction de 5000 bunkers souterrains, prêts pour la fin de l’année.
 – L’occident a construit un coffre fort appelé « Doomsday Seed », au Svalbard, en Norvège, qui contient des dizaines de milliers de variétés de semences, et est censé les préserver en cas d’événements de style Armageddon, comme  l’impact d’astéroïdes ou une guerre nucléaire (Paul : black-out !)
(Paul : probablement un bunker permettant d’abriter les élites, leurs serviteurs, et leurs moyens de subsistance)
– Le gouvernement des États-Unis a stocké des dizaines de millions des rations d’urgence et d’autres fournitures (Paul : Générateurs électriques portatifs). Il a régionalisé les centres de distribution d’urgence dans tout le pays (curieusement, ces fournitures stockées n’ont pas été allouées aux victimes de l’ouragan Sandy !)
– Le gouvernement a acheté près de 2 milliards de munitions au cours des dernières années.
– Le Pentagone a activement planifié « un écroulement économique à grande échelle », War Gaming et « troubles civils ».
– La Chine a récemment lancé un appel par le biais de l’agence Xinhua, pour le désarmement complet de la population américaine (Paul : inhabituel, la Chine ne se mêle pas souvent de ces problèmes intérieurs)
Peut-être y a-t-il une raison à ce que l’ancien membre du Congrès, Roscoe Bartlett, ait averti que « ceux qui le peuvent, doivent déménager leurs familles hors des villes ». Comme Kyle Basse l’a noté dans un récent discours, « c’est juste une question de temps ». Compte tenu de la similitude avec certains événements historiques, nous pensons que vous devinez comment cela se terminera. La guerre.
Les gouvernements à travers le monde font des réserves de nourriture, de fournitures, de métaux précieux, ce qui suggère qu’il y a connaissance d’un événement imminent.
Et vous, que faites-vous ?
Mac Slavo
NP le nouveau paradigme
 http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-signes-d-un-evenement-planetaire-imminent-114306281.html
Publié dans alerte info, crash bousier , économie et politique, infos et véritées sur, psychologie et manipulation | 2 commentaires

Fukushima: La radioactivité est-elle un facteur dans le record de mortalité au Japon en 2011-12 ?

 

 

 

La projection de la CIA du taux de mortalité au Japon pour 2012 est indiquée sur ce tableau. Au lieu de cela, après la catastrophe de Fukushima, le taux de mortalité réel est le même que pour 2011.
Contrevenant à l’assertion du gouvernement japonais prétendant que pas une seule personne n’est morte des radiations Fukushima, les chiffres de mortalité nationale qui viennent d’être publiés dans la Presse par le Ministère de la Santé et des Affaires Sociales présentent des données indéniables confirmant un taux de mortalité record depuis la catastrophe du 11 Mars 2011.

 

image démographie
Un examen attentif et indépendant des données sur la mortalité au cours des années 2011 et 2012 suggère que la contamination radioactive des ressources alimentaire et de l’environnement du pays a déclenché ou contribué à au moins 6.000 morts et plus probablement des milliers d’autres.
Le Ministère de la Santé cite les principales causes de décès comme le cancer, les maladies cardiaques, la pneumonie et les troubles cérébro-vasculaires (hémorragies et caillots dans le cerveau). Ces causes apparentes, dans nombre de cas, pourraient bien avoir été seulement le coup fatal porté à un patient dont la santé a été sérieusement compromise par l’exposition aux radiations. Les isotopes nucléaires, en particulier lorsqu’ils sont ingérés par l’alimentation ou inhalés par les poumons, peuvent être un facteur de cause primaire de la détérioration du système immunitaire, des nerfs et des muscles, rendant le patient beaucoup plus vulnérable à la défaillance d’un organe ou à l’attaque par des agents pathogènes.
Le Japon a également connu une baisse record du taux de natalité national, avec seulement 1.033.000 nouveau-nés, soit une chute de 18.000 depuis l’année précédente. L’importante diminution du nombre de naissances indique la réticence des jeunes couples à devenir parents et à élever des enfants dans un pays inondé de radiations, qui affecte déjà la santé maternelle au cours de la période prénatale. La combinaison d’une augmentation des décès et d’un taux de natalité en baisse a pour résultat que la population du Japon s’est réduite de 212.000 individus au cours des 12 derniers mois – un bas record historique.

 
Les Chiffres Ne Mentent Pas
L’année record concernant la mortalité au Japon, 2011, a été témoin de 1.253.066 morts, sans compter les 2.700 victimes estimées du tsunami, portées disparues et qui sont présumées mortes. Selon les chiffres de

l’Agence Nationale de Police, les 15.878 morts dus au tremblement de terre et tsunami du Tohoku sont inclus dans le total annuel.

 

Maintenant, si les pertes humaines des désastres du Tohoku sont soustraites du total annuel de 2011, alors 1.243.188 personnes sont mortes de causes autres que le tremblement de terre et le tsunami.  Ce chiffre est inférieur à l’estimation du Ministère de la Santé pour le nombre de décès en 2012, qui s’élève à 1.245.000 morts.

Ainsi donc, l’année dernière a été la période de 12 mois la plus meurtrière en termes de décès non liés à une catastrophe.  Cette hausse du nombre de décès ne peut pas être attribuée à un désastre majeur, à une contagion (comme les foyers de grippe aviaire des années précédentes) ou à un accident industriel majeur.  Le nombre record de décès en 2012 est resté inexpliqué par le Ministère de la Santé, qui ne cherche pas à enquêter sur la cause sous-jacente réelle.

Sommes-nous ici en train de faire un jugement hâtif en liant le taux de mortalité record aux effets des radiations dues aux fusions de Fukushima ?  Absolument pas – la dure réalité des données indiquent exactement le facteur manquant que sont les radiation.

 

 

A l’encontre de la tendance

 

Pour les nombreux lecteurs qui n’aiment pas l’arithmétique, soit vous continuez avec ces calculs ou vous descendez directement aux sections suivantes.  Dans les quatre années de 2007 à 2010, la mortalité nationale a augmenté avec un taux constant de 0,28 décès pour 1.000 personnes.

 

Qu’est-ce qui explique la tendance à la hausse des accidents mortels ?  Cette période de quatre ans a été témoin de la mort de patients âgés de plus de 70 ans dont les enfances ont coïncidé avec les privations dues à la Seconde Guerre mondiale et aux années de l’immédiate l’après-guerre.  Beaucoup ont souffert de mauvaise santé chronique en raison de malnutrition, tuberculose ou hépatite au cours de leur jeunesse.

 

La Grande Faucheuse a enlevé bon nombre de ces seniors en moins bonne santé, laissant un certain nombre de personnes âgées en relativement bonne forme – dont une majorité de femmes, moins exposées que leurs époux aux risques industriels de l’après-guerre (produits chimiques industriels,  pesticides, forte consommation de tabac, alcool frelaté, etc.).  En 2011, le taux de mortalité, ayant atteint son apogée, a ralenti, indiquant par là qu’une tendance inverse débuterait en 2012, compte tenu de la meilleure santé des survivants dans une société connue pour sa grande espérance de vie.

 

C’est pourquoi, la C.I.A. dans son « World Factbook » (janvier 2011, avant la catastrophe du Tohoku) avançait qu’en 2012, le taux de mortalité du Japon diminuerait radicalement après l’apogée de 2011, passant de 10,09 ‰  à 9,15 ‰ personnes, soit un point plus bas que le taux de 2007.  Si l’énorme baisse du nombre de naissances depuis la catastrophe de Fukushima n’a pas été prise en compte, la population japonaise aurait dû enregistrer une légère augmentation en 2012.

 

Converti en chiffres bruts, on pourrait raisonnablement s’attendre à une diminution du total des décès en 2012 à moins de 1.239,00, ou environ 6.000 de moins que l’estimation actuelle du Ministère de la Santé.  Les tendances très attendues de la diminution de la mortalité et de la croissance démographique ne se sont pas produites, pas après Fukushima.

 

 

Les Radiations comme Cause Probable

 

La disparité de 6.000 morts de plus que prévu indique une cause cachée pour ces décès inattendus.  De nouveau, sans aucune pandémie majeure ni de catastrophe au cours des 12 derniers mois, le seul facteur externe qui puisse expliquer cette flambée des décès est l’exposition aux radiations.

 

Ce nombre est une estimation extrêmement prudente, basée sur une projection assez circonspecte de la C.I.A. pour un taux de mortalité en baisse.  Vu sous un autre angle, 6.000 morts dépassent le bilan de chaque contagion depuis les épidémies de typhoïde du 19ème siècle qui ont fait rage au Japon.

 

Comment les radiations ont-elles tué ces milliers de japonais ?  De mes discussions passées avec des cardiologues japonais, environ 7.000 personnes au Japon meurent de maladie cardiaque chaque année, soit d’une insuffisance cardiaque, soit d’un infarctus.  En raison de leur poids moyen corporel, qui est plus léger par rapport à d’autres ethnies, les Japonais âgés ont tendance à avoir un cœur de taille beaucoup plus petite, les rendant plus vulnérables aux facteurs externes.  Le césium, lorsqu’il a été ingéré et qu’il a circulé dans le sang, a tendance à s’accumuler dans la chair, en particulier dans les muscles involontaires du cœur.  L’irradiation interne à courte distance, conséquence de cette contamination, affecte le rythme cardiaque, causant une crise fatale.

 

Un autre organe vital, constamment irrigué par le sang, est le cerveau, dont le circuit est sensible aux neutrons émis par le césium.  Des lésions cérébrales consécutives peuvent provoquer des convulsions et des hémorragies, qui peuvent être le plus souvent fatales

 

Les Japonais âgés, les hommes en particulier, sont plus sensibles aux doses de radiations du fait de leur exposition antérieure au cours des deux décennies d’essais nucléaires atmosphériques dans le Pacifique Sud.  Ces eaux chaudes sont des zones propices pour la pêche au thon, qui constitue une part importante du régime alimentaire national, plus particulièrement pour les résidents plus âgés.  Un autre facteur de vulnérabilité parmi cette génération d’après-guerre sont les hautes doses répétées de rayons X lors des radiographies à une époque où la tuberculose était un risque majeur de santé publique.

 

 

Prévisions pour les Baby-Boomers et leurs Enfants

 

A cause du déni de la part des autorités sanitaires et de la communauté médicale quant à l’irradiation, on  peut constater un certain manque de lignes directrices.  Quelques timides projections sont fournies ici, quoique certes basées sur un ensemble de données officielles discutable.

 

Le taux croissant de mortalité ne se poursuivra probablement pas pendant de nombreuses années, étant donné que la génération des enfant du baby-boom, relativement en bonne santé, atteint actuellement l’âge de la retraite.  Du temps de leur enfance, la nutrition, la santé publique et les soins médicaux s’étaient considérablement améliorés partout au Japon.  En raison de leur forte consommation d’alcool et de cigarette, cependant, l’exposition aux radiations dues aux présentes fusions Fukushima va probablement accélérer les cancers du poumon, du foie et du cerveau.

 

On peut s’attendre à ce que la mortalité infantile, qui n’a pas encore montré de forte hausse dans les résultats de 2011-12, augmente significativement à partir de 2015, compte tenu de la période « de gestation » de la leucémie, des maladies cardiaques et des cancers du poumon ou de l’intestin.  Une crise majeure en pédiatrie a cependant déjà commencé, avec de nombreux rapports de nodules au larynx que présentent les enfants de Fukushima.  La menace pour la santé des enfant partout dans la nation est ancrée dans le manquement criminel du Ministère de l’Éducation Nationale quant à assurer une alimentation non-irradiée dans les programmes des repas.  La fourniture de bœuf radioactif dans les cantines scolaires va bien au-delà de la simple négligence et l’on peut pointer du doigt la corruption parmi les motifs d’accusation d’homicide – ce qui est possible dans tout pays fondamentalement démocratique, mais ce que le Japon n’est pas.

 

La politique du déni des radiations ne fait qu’ajouter à l’actuelle tragédie consécutive à la fusion des réacteurs de Fukushima.  La réduction des effectifs de la population du Japon va probablement durer pendant un autre demi-siècle, à moins qu’une seconde vague de fusions ne transforme l’archipel en un désert inhabitable.  Menant une politique irrationnelle, le gouvernement actuel semble en effet déterminé à agir dans ce sens, amener une apocalypse nucléaire sur les rangs décroissants du peuple japonais.

 

 

Appel à l’éthique médicale

 

Liés par leurs normes désuètes de strict respect de la vie privée, les médecins et les hôpitaux sont en défaut face à leurs patients en ne s’exprimant pas ouvertement en faveur de la santé publique, à commencer par le fait qu’ils n’ont pas blâmé le Ministère de la Santé pour avoir publié un rapport stipulant que la contamination ne représente pas une réelle menace pour la santé.  La fusion des réacteurs de Fukushima pose une question d’importance vitale et le Serment d’Hippocrate exige une prise de position éthique courageuse parmi les professionnels de santé.

 

Tandis que les décès liés aux radiations sont à un niveau épidémique, le plus grand problème est de vivre dans un environnement submergé de radiations et sans cesse aggravé par les retombées de Fukushima.  On ne se débarrasse pas des maladies liées au rayonnement et celles-ci dureront tout le restant de la vie.  Ces maladies, avec leurs nombreux symptômes irritants et douloureux, peuvent difficilement être qualifiées de « supportables ».  Privé d’emplois et de soins médicaux, beaucoup de citoyens ont choisi de se suicider plutôt que de continuer dans une misère sans espoir.  L’acceptation désinvolte du suicide d’un voisin désespéré est un déshonneur déplorable, d’autant plus que cela se passe dans l’une des sociétés les plus riches au monde.

 

La responsabilité de ces décès et suicides se trouve dans une bureaucratie tyrannique et les politiciens pro-nucléaires qui nient l’existence d’une menace de santé publique liée à l’irradiation.  Même leur dernier rapport policé sur les données démographiques de 2012 émanant du Ministère de la Santé, ne peut que silencieusement pointer qu’une « épidémie de radiation » se répand à travers le Japon.

 

Pourtant les officiels continuent sans vergogne et répètent cet évident mensonge prétendant que personne n’est mort de la pluie mortelle de Fukushima.  A cause de cette règle qui enseigne de « ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire », les Japonais qui sont en train de mourir sont prisonniers sur la Planète des Singes.

Yoichi Shimatsu, auteur scientifique basé à Hong-Kong, et ancien rédacteur en chef du « Japan Times Weekly ».

 

traduction interprétation Katia Wery 

Pour comprendre les dégâts que fait la radioactivité cette vidéo explicative

 

Mochizuki Iori écrit lui aussi sur le même sujet : 

_____

Français :

[Édito] Qu’on sorte les gens sur des terres propres, qu’on fasse travailler les industriels du nucléaire dans la centrale de Fukushima

 

Je contrôle les statistiques démographiques du MHLW (ministère de la santé) tous les mois.
Aujourd’hui, je vois que tous les liens ont été changés sauf le dernier. A présent, ils ne sont plus remontés par Google.

J’ai senti quelque chose de suspect alors j’ai contrôlé leurs statistiques dans tous les coins.
Je n’ai rien trouvé de faux mais j’ai eu ces deux impressions :

1. Pour chaque cause de mort, le nombre de décès augmente sur toutes les années 2000.
2. Le nombre de morts a fait un pic en 2011, toutefois, les avortements et les morts fœtales accidentelles de 2011 ont diminué.

 

Comme je l’affirmais dans l’édito  “Les statistiques embrouillées sur l’industrie médicale et démographiques aident le gouv jap à censurer les effets de la radioactivité sur la santé”[Lien], il est à présent pratiquement impossible de voir l’effet de la radioactivité sur la santé.
Je me suis demandé si le vieillissement de la société peut expliquer le point 1 ci-dessus.

 

Après le 11-3, les insuffisances cardiaques ont significativement augmenté dans la région de la catastrophe mais l’augmentation de la fréquence des décès par insuffisances cardiaques est resté le même en 2009 et 2010. On dirait qu’il y a un gros trou noir dans les statistiques. (cf. Un Pr. de médecine : “Les insuffisances cardiaques ont significativement augmenté après le 11-3, ce qui n’avait pas été constaté après les autres grands séismes” [Lien])

Sans doute allons-nous être avalés par ce trou noir nous aussi. Le gouvernement n’indemnisera jamais.
C’est pour ça que j’ai parlé d’évacuer mais on me l’a reproché en disant que “c’est trop dur pour ceux qui ne peuvent pas évacuer”. Je ne sais pas si cette critique tient la route mais je sais que ce n’est pas facile pour la plupart des gens.
Je ne le leur reproche pas de rester en zone contaminée. Je veux seulement pouvoir leur tendre la main.
Pour l’instant, je n’en ai vu aucun dire “ok, je vais prendre soin de tout ce qui concerne votre évacuation, argent, travail, visa, etc.”
Je veux être le premier à le dire.
Certains japonais disent que s’ils pouvaient compter sur quelque chose comme le petit Japon. Ils le peuvent mais ce n’est pas aussi fort que la petite Chine.

Un de mes buts est que je veux que tous les industriels du nucléaire aillent travailler à Fukushima et portent des combinaisons de protection pour le reste de leur vie. Le nucléaire est sûr, n’est-ce pas ?
Sûr qu’il rassemble tous les corrompus des médias. Si on rassemblait ceux du monde entier, les japonais n’auraient plus besoin d’être enrôlés.
Là, je ne vois pas pourquoi les gens de l’AIEA ne vont pas travailler avec leur pelle à Fukushima ! 

 

______________________________________________________________________

Je pense aussi que comme dans le cas des accidents de la route pour les chauffards, il faudrait envoyer tous ceux qui tiennent un discours pro-nucléaire faire un petit stage de liquidateur à la centrale de Fukushima.

Yoichi Shimatsu

 

Et si vous pensez que nous sommes à l’ abri en France je vous invite à regarder ce film :

http://fukushima-informations.fr/?p=5481

http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-fukushima-la-radioactivite-est-elle-un-facteur-dans-le-record-de-mortalite-au-japon-en-2011-12-114327034.html

Publié dans actualité, infos et véritées sur, psychologie et manipulation | Laisser un commentaire

Activité solaire au 13 janvier 2013

Le groupe constitué de la Grande tache solaire AR1654 est très actif produisant des éruptions de classe M et C.

 

Il constitue une menace pour des éruptions solaires encore plus fortes.

 

Les prévisionnistes de la NOAA estiment aujourd’hui à 5 % les chances d’éruptions de classe X.

Le satellite Solar Dynamics Observatory de la NASA a filmé le phénomène:

 

 

Depuis son apparition il y a quatre jours, le groupe AR1654 de taches solaires n’était pas confronté à la terre.

 

Maintenant, il se tourne vers nous, en augmentant le risque « géo-effectif » de ses explosions.

 

Cela pourrait être la tache solaire qui brise la récente vague de calme autour de notre planète.

 

Les astronomes amateurs sont invités avec des télescopes solaires de jardin à surveiller cette activité dans les jours à venir.

 

Il est non seulement très actif, mais aussi en augmentation.

 

Depuis le 12 janvier, le géant s’étend sur plus de 180 000 km (14 diamètres de la terre) d’un bout à l’autre. Dennis Simmons envoie cette photo de la behemoth de Brisbane, en Australie

 

 

David Jarry©2013

Traduction libre

Référence:

Spaceweather.com

NP le nouveau paradigme

 http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-activite-solaire-au-13-janvier-2013-114327886.html
Publié dans infos et véritées sur, soleil | 1 commentaire